"Caen ? Un club familial qui joue au foot"

Du haut de ses 265 matches comme professionnel dont 75 en Ligue 1, Vincent Bessat (29 ans) constitue une des figures de proue du mercato caennais. Un club normand qui compte s'appuyer sur l'expérience et la patte gauche de son nouveau n°11 pour vivre un championnat plus serein.
Dans un 4-3-3, Vincent Bessat pourrait occuper la pointe gauche du milieu. Une nouveauté pour le futur n°11 du SMC qui peut aussi évoluer comme excentré ou arrière gauche.
Dans un 4-3-3, Vincent Bessat pourrait occuper la pointe gauche du milieu. Une nouveauté pour le futur n°11 du SMC qui peut aussi évoluer comme excentré ou arrière gauche.

Qu'avez-vous ressenti au moment de la reprise avec le Stade Malherbe après quatre saisons passées avec les Canaris ?

"Ça m'a fait bizarre. C'est vrai qu'à Nantes, j'étais bien installé, je connaissais beaucoup de monde. Je garde énormément de bons souvenirs là-bas, mais c'est une page qui se tourne. Je vais en écrire une nouvelle à Caen en espérant qu'elle soit aussi belle. En tout cas, je vais tout faire pour. Il faut, bien sûr, que je m'acclimate, que je découvre mes nouveaux partenaires et des méthodes de travail différentes".

"Ecrire une nouvelle page avec Caen"

Libre de tout engagement, vous étiez très sollicité en France comme à l'étranger avec des offres, notamment, de deux écuries de deuxième division anglaise (Bolton, Charlton)…

"C'est vrai que j'ai eu cette chance de pouvoir choisir. Quand on se retrouve en fin de contrat, c'est certes plus simple, car il n'y a pas de négociations avec un club, mais il ne faut pas oublier que la conjoncture reste compliquée".

Qu'est-ce qui a fait pencher la balance en faveur du club normand ?

"Le discours des dirigeants et du coach. J'ai vraiment senti qu'ils voulaient me faire venir. Nous sommes en contact depuis quelques années, mais ça ne s'était jamais fait. Cette fois-ci, nous avons eu l'opportunité de concrétiser. Caen est un club familial qui me correspond et, qui plus est, joue au foot. C'est une équipe qui va de l'avant, marque beaucoup de buts. Ça dénote un certain état d'esprit. Tous ces facteurs m'ont séduit".

Formé au Téfécé, révélé à Louhans-Cuiseaux

Formé à Toulouse, Vincent Bessat a évolué jusqu'en CFA avec les "Violets". Alors qu'un contrat professionnel d'un an l'attendait à la fin de sa troisième et dernière saison au centre du Téfécé comme promis par ses dirigeants six mois plus tôt, une blessure aux ischio-jambiers le privant de quasiment toute la seconde partie de championnat a retardé ses plans.

"Ils (les responsables toulousains) souhaitaient me conserver, mais avec le statut amateur. Ils voulaient qu'on refasse le point dans six mois pour signer pro. J'ai refusé". Direction le National pour le natif de Lyon et plus précisément Louhans-Cuiseaux. "J'avais aussi des offres de Cannes, Bayonne et Nîmes, mais mon agent m'a conseillé d'aller à Louhans. A l'époque, il m'a dit que si je m'engageais là-bas, deux ans après, je jouerais en Ligue 1. Et c'est exactement ce qui s'est passé".

Vous aviez pris vos renseignements au préalable ?

"J'ai eu beaucoup d'échos positifs de la part de joueurs qui sont passés par là. Je suis très proche de Laurent Agouazi(1) que j'ai côtoyé à Metz et à Boulogne. Nous avons beaucoup échangé au téléphone. De plus, je ne débarque pas dans l'inconnu, car quand nous avons quitté le Nord pour signer, lui, à Caen et, moi, à Nantes, nous nous rendions visite régulièrement. Du coup, je connais un peu la ville, j'avais déjà vu le stade".

"Je suis là pour répondre aux attentes du coach"

Connaissiez-vous déjà certains de vos coéquipiers ?

"J'ai évolué une saison avec Flo Raspentino à Nantes. Je connais un peu Jordan Adéoti qui est originaire de Toulouse, N'Golo Kanté que j'a croisé à Boulogne, Alae Yahia, Ju Féret, et, bien sûr, Chaker Alhadhur, mon ancien partenaire à Nantes. De toute façon, j'ai été très bien accueilli par l'ensemble du groupe. C'est sympa, il y a beaucoup de jeunes".

Milieu de formation, vous avez dépanné, avec brio, la saison dernière au poste de latéral. Savez-vous dans quelle position Patrice Garande souhaite vous utilisez ?

"J'ai eu une discussion avec le coach. Si nous jouons en 4-3-3, il compte sur moi pour occuper la pointe gauche du milieu. Une nouveauté pour moi, mais je sais m'adapter. Arrière gauche ? Nantes, avec mon profil offensif, voulait me conserver en priorité sur ce poste, un peu à la manière de Manu Imorou. Ici, à Caen, on n'a pas besoin de moi dans ce rôle. Maintenant, si demain, je dois dépanner sur un poste auquel je ne suis pas habitué, je répondrais présent. Je ne vais pas rechigner. Je suis là pour répondre aux attentes de l'entraîneur".

Adepte des sports de combat

Avec son 1,78 m pour 73 kg et son physique musclé, Vincent Bessat ne dépaillerait pas sur un ring de boxe. Et ça tombe bien puisque le nouveau n°11 du SMC est un fan des sports de combat. "Le full-contact, le MMA et la boxe thaï que j'apprécie énormément. Si je n'avais pas fait de foot, je pense que j'aurais pratiqué cette discipline. A Nantes, j'ai pris des cours particuliers de Krav-maga adaptés à mon statut de footballeur professionnel".

Les dirigeants caennais semblent aussi beaucoup miser sur votre expérience. Vous attendez-vous à jouer un rôle de cadre ?

"Il existe deux types de cadre. Ceux qui prennent la parole régulièrement, qui sont capables de remotiver une équipe. Même s'il m'arrive de le faire avec parcimonie, moi, je veux montrer l'exemple par mon professionnalisme, par ma rigueur aux entraînements, en arrivant tout le temps à l'heure, en faisant très bien les étirements... Ce sont ces comportements qui permettent aussi de tirer un groupe vers le haut".

"l'exemple par mon professionnalisme"

Quels sont vos objectifs tant sur un plan personnel que collectif pour cette nouvelle saison ?

"Je veux prendre du plaisir, aider au maximum l'équipe, participer à tous les matches comme titulaire, marquer des buts et délivrer des passes décisives. Collectivement, il s'agit de réaliser la meilleure saison en décrochant le maintien le plus tôt possible avant, éventuellement, de revoir les objectifs à la hausse. Il faut pérenniser le club en Ligue 1".

(1)Laurent Agouazi a défendu les couleurs "Bleu et Rouge" entre 2012 et 2014.

VINCENT BESSAT

  • Né le 8 novembre 1985 (29 ans) à Lyon (Rhône).
  • Milieu de terrain. Gaucher.
  • 1,78 m pour 73 kg.
  • 265 matches chez les professionnels (24 buts) dont 75 en Ligue 1.
  • Clubs successifs : Toulouse (2002-2005), Louhans-Cuiseaux (2005-2007), Metz (2007-2010), Boulogne-sur-Mer (2010-2011), Nantes (2011-2015).

 

Partager cet article sur :

À lire également

17 nov 2017

Groupe pro | Ligue 1 : SM Caen - Nice
A 48 heures de recevoir une formation niçoise (15e avec 13 points) qui éprouve des difficultés à confirmer son extraordinaire parcours de la saison...
En savoir
Pour le dernier match de l'année 2017 à d'Ornano, le Stade Malherbe de Julien Féret recevra l'En Avant de Guingamp d'un certain Jérémy Sorbon samedi 16 décembre. Coup d'envoi à 20 heures.
Groupe pro | Ligue 1 : SM Caen - Guingamp
Pour le compte de la 18e journée de Ligue 1 Conforama, le Stade Malherbe recevra l'En Avant de Guingamp samedi 16 décembre au...
En savoir
Touché à une cuisse, Jan Repas - qui s'est contenté de footings cette semaine - est forfait pour les deux prochains matches du Stade Malherbe : contre Nice et face à Bordeaux.
Groupe pro | Ligue 1 : SM Caen - Nice
En conférence de presse ce vendredi midi, Patrice Garande a confirmé le forfait de Jan Repas pour la réception de l'OGC Nice, dimanche après-midi. "...
En savoir