"Ça fait toujours plaisir de se sentir aimé"

Parmi les quatre joueurs les plus anciens de l'effectif caennais avec Rémy Vercoutre, Julien Féret et Hervé Bazile, Damien Da Silva (29 ans) est l'un des symboles de la nouvelle solidité défensive du Stade Malherbe. La gestion de la trêve internationale, le mois de septembre qui attend le club normand, la rumeur de son départ en fin de mercato..., le n°28 des "Bleu et Rouge" - avant la réception de Dijon pour le compte de la 5e journée de Ligue 1 - est revenu sur tous ces thèmes en conférence de presse.

Averti lors des deux dernières journées, Damien Da Silva sera suspendu s'il reçoit prochainement un troisième avertissement. Une menace qui ne va pas influencer la manière de jouer du défenseur caennais. "Je n'y pense pas du tout".
Averti lors des deux dernières journées, Damien Da Silva sera suspendu s'il reçoit prochainement un troisième avertissement. Une menace qui ne va pas influencer la manière de jouer du défenseur caennais. "Je n'y pense pas du tout".

Alors que le Stade Malherbe se trouvait sur une bonne dynamique avec deux victoires consécutives, cette trêve internationale n'a-t-elle pas été trop frustrante ?

"Cette coupure est embêtante. On était bien dans le jeu, on prenait beaucoup de plaisir. J'avais envie de vite revivre ça. Le week-end dernier, avec l'absence de match, j'ai ressenti un petit manque. Il me tarde d'être au prochain. Comment gère-t-on cette période ? La pression retombe un peu, mais on n'est pas en vacances non plus, ça reste sérieux. On a bien travaillé sur le plan physique. Quelques entraînements sont un peu bizarres, car on est que six-huit joueurs. On aimerait tous être internationaux".

"Quand on voit nos attaquants revenir, défendre, tacler…"

Avec les réceptions de Dijon et d'Amiens ainsi que des déplacements à Nantes et Rennes, un mois de septembre important attend votre formation…

"Si on y met la même qualité que lors de nos dernières sorties, on peut prendre des points. On a pris confiance. On garde mieux le ballon. On a réalisé qu'on était capable d'être costaud défensivement tout en produisant du jeu. Dijon, c'est un adversaire de notre championnat. A domicile comme à l'extérieur, il faut gagner. On a envie de se mettre à l'abri le plus rapidement possible. C'est important de s'installer dans la première partie de tableau".

Avec seulement deux buts encaissés, vous possédez la meilleure défense de Ligue 1…

"Ça change de la saison dernière ! On se sent plus costaud même si on sait que c'est sur la durée qu'il faut juger. Ce n'est pas seulement grâce aux défenseurs, mais aussi avec l'aide des milieux et des attaquants. Tout le monde fait les efforts défensifs. Quand on voit nos attaquants revenir sur les contres, défendre, tacler…, ça motive tout le monde. Mon entente avec Alex (Djiku) ? Il m'apporte de la confiance. C'est un joueur très complet. Comme on a la capacité à se couvrir mutuellement, on peut se permettre de jouer un peu plus haut. En plus, on s'entend très bien en dehors des terrains".

Pour votre entraîneur, Patrice Garande, vous effectuez "des matches de haut niveau" depuis le début de la saison…

"C'est vrai que je me sens en pleine forme physiquement et ça se ressent au niveau de mes performances. Maintenant, l'objectif, c'est d'être régulier en restant à ce niveau le plus longtemps possible. La saison dernière, j'ai terminé fatigué, surtout sur le plan mental. Il ne faut pas se mentir, quand vous perdez beaucoup de matches, ça pèse. Là, je suis reparti avec beaucoup de fraîcheur".

"Cette saison, je suis reparti avec beaucoup de fraîcheur"

Vous êtes devenu l'un des principaux cadres de cette équipe…

"Je commence à être l'un des plus anciens de l'effectif. On n'est plus beaucoup à être arrivé juste après la montée (à l'été 2014). Je suis content d'être un leader, mais le plus important, c'est de l'être sur le terrain. C'est le plus important pour moi".

A la fin du mercato, votre nom a été évoqué par Marca, un journal espagnol, pour un possible départ à Eibar. Comment avez-vous vécu cette période ?

"Cela ne m'a pas du tout perturbé. Je me suis focalisé sur le terrain, sur les performances de l'équipe, sur les matches à gagner. Les supporters et les gens du club m'ont montré qu'ils voulaient que je reste à Caen, qu'ils avaient confiance en moi. Certains témoignages m'ont vraiment touché. Je les en remercie. Ça fait toujours plaisir de se sentir aimé".

  • L1. J5 - SM Caen (8e) / Dijon (16e), samedi 9 septembre à 20 heures au stade Michel-d'Ornano.
Partager cet article sur :

À lire également

18 nov 2017

Groupe pro | Ligue 1 : SM Caen - Nice
La suspension de Frédéric Guilbert, les indisponibilités de Jan Repas, Stef Peeters et Youssef Aït Bennasser, les retours de Vincent Bessat et...
En savoir
Pour Patrice Garande, la participation d'Ivan Santini à la Coupe du Monde 2018 en Russie dépend de son efficacité. "Pour un avant-centre, il n'y a que ça qui compte".
Groupe pro
En conférence de presse d'avant-match, Patrice Garande est revenu sur la possible participation de trois Caennais au Mondial 2018. Pendant la...
En savoir
Groupe pro
Le Stade Malherbe souhaite un joyeux anniversaire à Ronny Rodelin. Le double "R" fête aujourd'hui ses 28 ans !
En savoir