Caen retrouve le sourire à d'Ornano

Une semaine après avoir ouvert son compteur de points en l'emportant à Lille, le Stade Malherbe a confirmé à domicile en enchaînant contre Metz. Grâce à une réalisation de Ronny Rodelin inscrite au retour des vestiaires (1-0, 50'), les hommes de Patrice Garande se sont imposés 1-0 ; la première victoire à d'Ornano depuis sept mois ! Avec six points en quatre journées, les Caennais passeront la première trêve internationale au chaud, tranquillement calés à la septième place (en attendant les résultats de dimanche).

A la conclusion d'un modèle de contre-attaque, Ronny Rodelin - après avoir mystifié Fallou Diagne - a fusillé d'une demi-volée Eiji Kawashima, le gardien messin ; l'attaquant réunionnais inscrivant le seul but du match.
A la conclusion d'un modèle de contre-attaque, Ronny Rodelin - après avoir mystifié Fallou Diagne - a fusillé d'une demi-volée Eiji Kawashima, le gardien messin ; l'attaquant réunionnais inscrivant le seul but du match.

Le contexte

Reproduire les mêmes ingrédients qu'à Lille pour enclencher une série

Vainqueur pour la première fois de la saison en championnat sur la pelouse du LOSC le week-end dernier (2-0), le Stade Malherbe - qui recevra une seconde fois de rang après la trêve internationale en accueillant Dijon - comptait bien enchaîner pour enclencher une série. "Ce sont des équipes (Metz et Dijon) de notre catégorie. Il ne faut pas se louper", prévenait Patrice Garande. Pour atteindre cet objectif, le coach caennais souhaitait que son collectif s'inscrire "dans la lignée" de ses deux précédentes sorties : contre Saint-Etienne et donc face à Lille.

"Metz et Dijon sont des équipes de notre catégorie. Il ne faut pas se louper"

"On est en recherche de continuité. Peu importe le système utilisé, j'ai envie de revoir le même contenu", confirmait le patron technique du SMC. "On doit s'appuyer sur la confiance acquise. Et si on adopte le même état d'esprit qu'à Lille... L'équipe a affiché une certaine solidité défensive et offensivement, on a matière à réaliser de nombreuses choses. La grande différence par rapport à nos deux premiers matches, c'est qu'à Lille, on a fait beaucoup moins d'erreurs techniques qui nous ont pénalisées".

N'ayant toujours pas ouvert leur compteur au bout de trois journées, les Messins se trouvaient, eux, déjà dans une situation délicate ; surtout que le PSG figure à leur calendrier lors de la prochaine journée. "Ce n'est parce qu'elle a zéro point qu'il faut prendre cette équipe à la légère", mettait en garde Patrice Garande. "A domicile, on va sûrement se retrouver face à un adversaire qui va moins se livrer. Metz est un adversaire qui pratique un jeu assez direct et qui mise beaucoup sur le deuxième ballon".

Les compositions

En 4-4-2 avec Christian Kouakou et Durel Avounou sur les ailes

"On manque de joueurs de couloir (Jan Repas pas encore qualifié, Hervé Bazile et Vincent Bessat forfaits tous les deux à cause d'une élongation aux ischio-jambiers). Après des solutions existent, soit en gardant le même système qu'à Lille soit en changeant", s'interrogeait Patrice Garande en conférence de presse d'avant-match. Malgré cette pénurie d'ailiers, l'entraîneur normand choisissait la première option en conservant son 4-4-2 (4-2-3-1 sans le ballon) qui avait parfaitement fonctionné dans le Nord.

surprise à Metz avec la titularisation de Kawashima dans les cages

Conséquence, Christian Kouakou et Durel Avounou - rentrés en cours de match il y a une semaine pour pallier les blessures d'Hervé Bazile et Vincent Bessat - étaient respectivement alignés à droite et à gauche du milieu. A la récupération, la paire Julien Féret - Youssef Aït Bennasser était reconduite. Idem pour la défense à quatre composée de Frédéric Guilbert, Damien Da Silva, Alexandre Djiku et Adama Mbengue. En attaque, Ronny Rodelin se positionnait, lui, de nouveau en soutien d'Ivan Santini.

Du côté messin, Philippe Hinschberger - privé des services de Yann Jouffre (alerte musculaire cette semaine) - réservait une énorme surprise dans son onze de départ avec la titularisation d'Eiji Kawashima dans les cages en lieu et place de Thomas Didillon. "C'est un choix de performance", a justifié après coup le coach des "Grenats". Restant fidèle à un 4-2-3-1, le technicien lorrain enregistrait - par ailleurs - les retours de blessure de son capitaine Milan Bisevac en charnière centrale et d'Opa Nguette sur le front de l'attaque.

Le film du match

Un contre d'école conclu par Ronny Rodelin

  • 7'. Lancé par Chritian Kouakou, Ronny Rodelin contourne Ivan Balliu sur le côté gauche de la surface de réparation avant d'adresser un centre en retrait pour Durel Avounou à l'angle des 5,50 mètres, mais la frappe de l'international congolais échoue dans le petit filet extérieur d'Eiji Kawashima.
  • 14'. Sur un coup franc de Renaud Cohade à une trentaine des mètres ; consécutif à une faute d'Adama Mbengue, Milan Bisevac coupe la trajectoire du ballon devant Julien Féret obligeant Rémy Vercoutre à une magnifique horizontale.
  • 25'. Les situations dangereuses pour le Stade Malherbe se multiplient sur les cages adverses à l'image de ce coup franc de Julien Féret des 35 mètres qui personne ne dévie et sur lequel le gardien lorrain se détend de tout son long.
  • 30'. Après un énième centre de Cohade, le ballon - repoussé par la charnière centrale caennaise - atterrit dans les pieds d'Ablie Jallow. Démarqué au second poteau, le Gambien est contré par Christian Kouakou, auteur d'un retour énorme.
  • 36'. Parfaitement servi dans la profondeur - côté droit - par Julien Féret, Ronny Rodelin voit son centre en retrait intercepté au dernier moment par Ivan Balliu alors que Durel Avounou attendait l'offrande au point de penalty.
  • 43'. En se jetant dans les pieds d'Opa Nguette, Rémy Vercoutre gêne l'international sénégalais dont la reprise à bout portant - suite à un centre de Benoît Assou-Ekotto dévié au premier poteau - s'envole dans les travées de d'Ornano.
  • 50'. A la conclusion d'une contre-attaque d'école, le Stade Malherbe ouvre le score. Après une intervention dans ses propres 16,50 mètres de Youssef Aït Bennasser dans les pieds d'Ablie Jallow, l'attaquant réunionnais récupère le ballon. Après un échange avec Christian Kouakou, le n°12 des "Bleu et Rouge" mystifie Fallou Diagne avant de fusiller Eiji Kawashima d'une demi-volée. SM Caen 1-0 Metz
  • 53'. Suite à une nouvelle attaque éclair impliquant Adama Mbengue, Julien Féret et Ronny Rodelin, Ivan Santini arme un tir enroulé du droit des 25 mètres qui passe à une poignée de centimètres du montant gauche de l'ultime rempart messin.
  • 75'. Alors qu'Ivan Santini est à deux doigts de couper un premier centre d'Emmanuel Imorou (qui a remplacé Durel Avounou quelques instants auparavant), Adama Mbengue - sur un second centre de Ronny Rodelin, mais de l'autre côté - tente une reprise qui fuit le cadre lorrain.
  • 83'. Sur un corner du gaucher Stef Peeters, la tête en reculant de Damien Da Silva est sauvée sur sa ligne par un Eiji Kawashima crédité d'une nouvelle parade énorme.

La réaction

"On affiche plus de maîtrise que la saison passée"

  • Patrice Garande, entraîneur du SM Caen : "Cette victoire était attendue, car on voulait confirmer ce qu'on avait fait à Lille et contre Saint-Etienne où, à mon sens, on méritait un meilleur résultat. Par moments, on aurait pu afficher une meilleure maîtrise, mais je suis surtout satisfait de l'état d'esprit affiché par les garçons y compris les remplaçants. On affiche plus de maîtrise que la saison passée. On a aussi une défense qui apporte plus de garanties que la saison dernière. Comme notre charnière centrale est plus rapide, on peut jouer plus haut. Même quand l'adversaire joue dans la profondeur, on répond présent".

SM CAEN - METZ 1-0

Stade Michel-d'Ornano. 15 697 spectateurs.

Mi-temps : 0-0

Arbitrage de M. Jérôme Brisard.

But : Rodelin (50').

Avertissements : Aït Bennasser (60'), Damien Da Silva (66') à Caen ; Nguette (32'), Mollet (91') à Metz.

  • SM Caen : Rémy Vercoutre (g) - Frédéric Guilbert, Damien Da Silva, Alexander Djiku, Adama Mbengue - Christian Kouakou (Stef Peeters, 72'), Youssef Aït Bennasser, Julien Féret (cap, Jonathan Delaplace, 72'), Durel Avounou (Emmanuel Imorou, 57') - Ronny Rodelin, Ivan Santini. Remplaçants : Romain Genevois, Jordan Leborgne, Jordan Nkololo. Entraîneur : Patrice Garande.
  • Metz : Eiji Kawashima (g) - Ivan Balliu, Milan Bisevac (cap), Fallou Diagne, Benoît Assou-Ekotto - Geronimo Poblete (Florent Mollet, 70'), Miguel Cafu - Opa Nguette, Renaud Cohade (Ibrahima Niane, 78'), Ablie Jallow (Brian Fernandez, 59') - Nolan Roux. Remplaçants : Thomas Didillon (g) - Jonathan Rivierez, Moussa Niakhaté, Chris Philipps. Entraîneur : Philippe Hinschberger.
Partager cet article sur :

À lire également

17 nov 2017

Groupe pro | Ligue 1 : SM Caen - Nice
A 48 heures de recevoir une formation niçoise (15e avec 13 points) qui éprouve des difficultés à confirmer son extraordinaire parcours de la saison...
En savoir
Pour le dernier match de l'année 2017 à d'Ornano, le Stade Malherbe de Julien Féret recevra l'En Avant de Guingamp d'un certain Jérémy Sorbon samedi 16 décembre. Coup d'envoi à 20 heures.
Groupe pro | Ligue 1 : SM Caen - Guingamp
Pour le compte de la 18e journée de Ligue 1 Conforama, le Stade Malherbe recevra l'En Avant de Guingamp samedi 16 décembre au...
En savoir
Touché à une cuisse, Jan Repas - qui s'est contenté de footings cette semaine - est forfait pour les deux prochains matches du Stade Malherbe : contre Nice et face à Bordeaux.
Groupe pro | Ligue 1 : SM Caen - Nice
En conférence de presse ce vendredi midi, Patrice Garande a confirmé le forfait de Jan Repas pour la réception de l'OGC Nice, dimanche après-midi. "...
En savoir