"Content d'être revenu par la grande porte"

Pour Patrice Garande, Frédéric Guilbert "peut apporter beaucoup plus" au collectif caennais. L'intéressé le reconnaît. Il faut dire que l'arrière du Stade Malherbe avait placé la barre très haute la saison dernière. Son positionnement comme latéral droit dans une défense à quatre, son parcours, son retour dans le club normand cet été…, le n°21 des "Bleu et Rouge" - avant la réception d'Amiens pour le compte de la 7e journée de Ligue 1 - est revenu sur tous ces thèmes en conférence de presse d'avan-match.

Avec Ivan Santini, Frédéric Guilbert est le seul joueur de champ du Stade Malherbe à ne pas avoir manqué une seule minute de championnat depuis le début de la saison.
Avec Ivan Santini, Frédéric Guilbert est le seul joueur de champ du Stade Malherbe à ne pas avoir manqué une seule minute de championnat depuis le début de la saison.

Après Metz et Dijon, vous recevez pour la troisième fois consécutive un adversaire de "votre championnat" avec Amiens. Des formations qui comme vous aspirent dans un premier temps à se maintenir…

"On doit faire un résultat surtout à la maison. Face à ces équipes, c'est important de faire le plein à domicile. On connaît les qualités des Amiénois, mais aussi leurs faiblesses. On va essayer de les exploiter au maximum. Ils sont encore un peu sur l'euphorie de leur montée en Ligue 1. S'ils sont là, c'est qu'il y a une raison. Il faut se méfier et surtout ne pas les prendre à la légère. Tout d'abord, il ne faudra pas prendre de but puis se projeter vite vers l'avant. Il va falloir marquer rapidement pour se mettre à l'abri".

"Je dois retrouver mes repères dans une défense à quatre"

A titre individuel, comment vous sentez-vous depuis le début du championnat ?

"Je peux largement mieux faire. Il y a eu des matches comme contre Metz et Nantes où j'étais en dedans. J'en suis conscient. Il faut que je continue à travailler. Je ne dois pas rester sur mes acquis. Il y a beaucoup de choses que je faisais la saison dernière et que je ne fais plus".

Quasiment pour la première fois depuis que vous êtes professionnel, vous évoluez comme latéral droit dans une défense à quatre…

"C'est vrai que je dois retrouver mes repères. Quand je joue avec Damien (Da Silva), il m'aide beaucoup. Je sais que je peux avancer, il sera toujours derrière moi. Avec Romain (Genevois), on doit trouver nos automatismes, mais ça va arriver au fur et à mesure même si je sais qu'on n'a pas beaucoup de temps. C'est la même chose avec le milieu offensif qui joue devant moi. Sur le plan sportif, il y a plus d'affinités avec certains joueurs que d'autres. C'est logique. J'en ai parlé au coach pour essayer d'avoir une stabilité".

Entre votre statut de titulaire indiscutable et votre passé au Stade Malherbe où vous avez été formé, est-ce que vous vous sentez comme un cadre de cet effectif ?

"(Sourire) C'est tôt. Je n'ai que 22 ans. J'essaye de prendre les choses en main quand je le peux. Mais aujourd'hui, il y a des joueurs en place. Je suis et j'écoute les anciens. Après, pourquoi pas un jour si j'en ai la capacité, j'aimerai bien. C'est vrai que j'ai été capitaine ici sous les ordres de François Rodriguez (en U19). C'est un rôle que j'apprécie. J'essaye de tirer les autres vers le haut".

"L'enfant du club, il n'y en a qu'un et vous le connaissez (Nicolas Seube)"

Justement, François Rodriguez rappelait dans les colonnes d'Ouest-France à quel point le fait de ne pas être passé professionnel avec le Stade Malherbe en 2013 avait constitué un déchirement pour vous…

"C'est une étape de la vie. Beaucoup de gens auraient lâché. A l'époque, une décision a été prise. Je suis parti me ressourcer chez moi. J'ai fait ma saison en CFA avec Cherbourg. J'ai eu la chance de réaliser des bons matches contre Bordeaux (la réserve) et M. Battiston (actuellement directeur du centre de formation des Girondins) m'a repéré. C'est un enchaînement. Aujourd'hui, je suis content d'être à Caen et d'être revenu par la grande porte. J'espère devenir quelqu'un ici".

Avez-vous conscience que vous bénéficiez d'un statut un peu particulier aux yeux des supporters qui se sont massivement mobilisés cet été - notamment via les réseaux sociaux - pour votre retour. Vous êtes un peu considéré comme l'enfant du club…

"L'enfant du club, il n'y en a qu'un et vous le connaissez (référence à Nicolas Seube). Je lui laisse la vedette (sourire). C'est vrai que j'ai été formé ici, mais c'est un peu différent, car j'ai joué pendant deux-ans ailleurs. Ça m'a permis de prendre de l'expérience. Si j'ai voulu revenir, c'est parce que je pense que je peux progresser et que je peux avoir du temps de jeu. M. Fortin a joué un grand rôle. On est tous les deux de Valognes. Il tenait vraiment à ce que je revienne. Je lui avais dit et j'ai tenu ma parole même si j'aurais pu partir ailleurs le dernier jour*. La mobilisation des supporters a aussi joué dans ma signature. C'est toujours plus facile de venir dans un club où on est désiré".

*Alors que les dirigeants bordelais et caennais s'étaient mis d'accord depuis 1 h 30 sur le transfert de Frédéric Guilbert, l'arrière droit du SMC a reçu une offre de Brghton - promu en Premier League anglaise - qui lui proposait un salaire trois plus important.

  • L1. J7 - SM Caen (9e) / Amiens (14e), samedi 23 septembre à 20 heures au stade Michel-d'Ornano.
Afficher le sous titre: 
Partager cet article sur :

À lire également

18 nov 2017

Groupe pro | Ligue 1 : SM Caen - Nice
La suspension de Frédéric Guilbert, les indisponibilités de Jan Repas, Stef Peeters et Youssef Aït Bennasser, les retours de Vincent Bessat et...
En savoir
Pour Patrice Garande, la participation d'Ivan Santini à la Coupe du Monde 2018 en Russie dépend de son efficacité. "Pour un avant-centre, il n'y a que ça qui compte".
Groupe pro
En conférence de presse d'avant-match, Patrice Garande est revenu sur la possible participation de trois Caennais au Mondial 2018. Pendant la...
En savoir
Groupe pro
Le Stade Malherbe souhaite un joyeux anniversaire à Ronny Rodelin. Le double "R" fête aujourd'hui ses 28 ans !
En savoir