Bandeau de mise en avant

Guingamp- SM Caen 0-0 : le compte-rendu

Comme au match aller, Caennais et Guingampais - qui se sont quittés sur un score nul et vierge - n'ont pas réussi à se départager (0-0). Et pourtant, ce ne sont pas les occasions qui ont manqué au Roudourou. Au regard du nombre de situations qu'ils se sont procuré, notamment en première période, les hommes de Patrice Garande peuvent nourrir des regrets. Toutefois, avec ce partage des points, le Stade Malherbe réalise une bonne opération puisque quatre des six derniers (Angers, Toulouse, Amiens et Metz) se sont inclinés dans le même temps. Avec 31 unités au compteur, le club normand - peu importe les résultats de dimanche - conservera la 11e place.

Le contexte

Au Roudourou pour ponctuer une semaine parfaite

Alors que leur adversaire - éliminé au tour précédent en Coupe de France - avait pu préparer tranquillement cette confrontation toute la semaine, les hommes de Patrice Garande disputaient face à Guingamp leur troisième rencontre en l'espace de sept jours. "J'ai l'impression de vous voir plus que ma femme", plaisantait le coach normand en s'adressant aux journalistes, vendredi midi, en conférence de presse. Après avoir dominé Nantes en championnat dimanche (3-2), les Caennais ont décroché leur billet pour les quarts de finale, mercredi soir, à l'issue de la séance des tirs au but aux dépens de Metz (2-2 ap, 3-2 tab). "Certes, il y a de la fatigue, mais on ressort de ces deux matches avec des éléments très positifs".

"Les joueurs se sont prouvés des choses. Ils savent qu'ils peuvent le faire"

Alors qu'ils avaient subi 12 défaites pour un nul jusqu'à mi-janvier à chaque fois qu'ils avaient concédé l'ouverture du score, le Stade Malherbe vient de renverser deux situations défavorables de suite. Contre les Canaris, les partenaires de Julien Féret se sont imposés pour la première fois de la saison après avoir encaissé le premier but. En Lorraine, les "Bleu et Rouge" - bien qu'en infériorité numérique - ont trouvé les ressources pour arracher l'égalisation pendant la prolongation. "Vous savez que je ne crois pas à tout ces trucs : la malédiction de d'Ornano, la bête noire, le fait de toujours s'incliner quand on est mené... Mais les joueurs se sont prouvés des choses. Ils savent qu'ils peuvent le faire", soulignait le patron technique du SMC.

Face à l'En Avant, une formation qui ne les devançait que de deux points avant le coup d'envoi, le club normand avait donc l'occasion de signer une semaine parfaite et de réintégrer, par la même occasion, le Top 10 de la Ligue 1. "Quand on va là-bas, ce sont toujours des matches compliqués, engagés, rythmés... pour les deux équipes", se remémorait Patrice Garande. "On a souvent pris des fessées même si on reste sur une victoire chez eux (1-0 en février 2017). Je connais l'entraîneur adverse (Antoine Kombouaré). C'est un ami. Son équipe vient de gagner à l'extérieur (1-0 à Rennes). Pour reprendre ses termes, il veut enfoncer le clou. Je pense qu'ils vont nous presser de partout".

Les compositions

En 3-5-2 avec Avounou titulaire comme piston gauche, Santini sur le banc au coup d'envoi

Pour ce déplacement dans les Côtes-d'Armor, Patrice Garande optait pour un 3-5-2 (5-3-2 sans le ballon) comme à Saint-Etienne fin janvier. Privé de ses deux habituels latéraux gauche avec les absences conjuguées d'Adama Mbengue (adducteurs) et Vincent Bessat (mollet), l'entraîneur caennais accordait sa confiance à Durel Avounou comme piston gauche. Un coach normand contraint de procéder rapidement à son premier changement. Suite à un choc avec Enzo Crivelli, Youssef Aït Bennasser se retrouvait KO sur la pelouse de Roudourou. Souffrant également des adducteurs, l'international marocain - groggy - devait céder sa place à Baïssama Sankoh (18') ; un n°5 du Stade Malherbe affrontant pour la première fois son club formateur de l'En Avant qu'il a quitté l'été dernier.

Ko suite à un choc avec Enzo Crivelli, Youssef Aït Bennasser sort dès la 18'

Pour former la ligne d'attaque, Enzo Crivelli et Ronny Rodelin étaient associés. Conséquence, pour la première fois depuis son arrivée en Normandie à l'été 2016 (sur 58 rencontres), Ivan Santini démarrait une rencontre de Ligue 1 sur le banc ! "C'est un choix", expliquait Patrice Garande en zone mixte. "Je voulais qu'Enzo prenne la profondeur et fasse beaucoup d'appels sur les côtés. Enzo a plus la capacité de la faire qu'Ivan. De plus, Ivan était assez fatigué. Il a disputé tous les matches. Comme il est suspendu le prochain, il va pouvoir bien récupérer".

Du côté guingampais, Antoine Kombouaré proposait un 4-2-3-1 hyper offensif sur le papier avec, notamment, la première titularisation de Clément Grenier sous le maillot "Rouge et Noir". Recruté libre en provenance de Lyon, le milieu de terrain  - arrivé à l'EAG le dernier jour du mercato d'hiver (31 janvier) - était chargé de l'animation offensive avec Marcus Coco et l'ex-Caennais Nicolas Benezet sur les côtés ; le capitaine Jimmy Briand étant aligné à la pointe de l'attaque. Formé au Stade Malherbe, Jérémy Sorbon endossait, lui, le statut de remplaçant.

Le film du match

Il n'a manqué qu'un brin d'efficacité aux Caennais

  • 10'. Devançant l'intervention d'un Pedro Rebocho hésitant, Enzo Crivelli s'essaie à l'entrée de la surface de réparation. Une frappe en force avec un rebond sur laquelle Karl-Johan Johnsson se détend parfaitement sur sa droite.
  • 14'. Une longue touche de Frédéric Guilbert déviée au premier poteau par Ronny Rodelin est récupérée au cœur des 16,50 mètres par Stef Peeters, mais le milieu belge - gêné par le retour de Felix Eboa Eboa - ne parvient pas à attraper le cadre.
  • 17'. Après un service par-dessus la défense caennaise de Clément Grenier, Marcus Coco - clairement en position de hors-jeu selon le révélateur de la TV - se présente en face-à-face avec Rémy Vercoutre. Mais grâce à une sortie ultra-rapide, le gardien du Stade Malherbe force l'attaquant guingampais à sortir au-delà des limites du terrain.
  • 32'. Décalé sur le côté gauche de la surface de réparation par une magnifique passe de Julien Féret prenant à revers l'arrière-garde bretonne, Ronny Rodelin adresse un centre en retrait pour Stef Peeters dont le tir est contré par Felix Eboa Eboa.
  • 41'. Trouvé à l'angle des 16,50 mètres par Ludovic Blas, Marcus Coco - après s'être retourné - voit sa tentative s'envoler dans les gradins de Roudourou.
  • 50'. Profitant d'une récupération de Frédéric Guilbert dans les pieds d'un adversaire à l'aide d'un tacle glissé dont lui seul a le secret, Ronny Rodelin - se servant de l'appel croisé d'Enzo Crivelli - lance Stef Peeters, mais la frappe du gauche du n°8 des "Bleu et Rouge" est détourné en corner par Christophe Kerbrat.
  • 65'. Rentrant sur son pied droit, Nicolas Benezet décale Pedro Rebocho sur le côté gauche. Malgré la présence de cinq de ses coéquipiers dans la surface caennaise, le centre du Portugais - beaucoup trop fort - ne trouve pas preneur.
  • 81'. Sur un corner rentrant de Stef Peeters, Damien Da Silva place un "coup de boule" au second poteau sorti de sa lucarne par un Karl-Johan Johnsson impérial.
  • 88'. S'infiltrant dans les 16,50 mètres après avoir contrôlé un long ballon en cloche, Jordan Ikoko prend tout le monde à contre-pied avec son centre topé finalement dégagé en catastrophe dans ses 5,50 mètres par Frédéric Guilbert.

La réaction

"C'est une très belle semaine"

  • Patrice Garande, entraîneur du SM Caen : "Des regrets ? Un peu. Mais j'ai beaucoup de satisfactions sur la manière dont on a conduit ce match. En première mi-temps, on a fait preuve d'une très bonne maîtrise. Au retour des vestiaires, on a un peu souffert pendant 20' avant de reprendre le contrôle avec des situations où on pourrait pu marquer. On a toujours voulu aller vers l'avant. Ce match, déjà par le système utilisé (3-5-2), ressemblait un peu à celui de Saint-Etienne. Je suis content de ce point pris. Il ne faut pas oublier que c'était notre troisième match. Certains joueurs étaient assez entamés physiquement. Il faut les féliciter pour la qualité de leur semaine. C'est une très belle semaine".

GUINGAMP - SM CAEN 0-0

Stade de Roudourou. 13 988 spectateurs.

Arbitrage de M. Stéphane Jochem.

Avertissements : Briand (34') à Guingamp ; Sankoh (56'), Genevois (87') à Caen.

  • Guingamp : Karl-Johan Johnsson (g) - Jordan Ikoko, Christophe Kerbrat, Felix Eboa Eboa, Pedro Rebocho - Lebogang Phiri, Ludovic Blas - Marcus Coco (Etienne Didot, 84'), Clément Grenier (Marcus Thuram, 66'), Nicolas Benezet (Yeni Ngbakoto, 66') - Jimmy Briand (cap). Remplaçants : Marc-Aurèle Caillard (g) - Jérémy Sorbon, Lucas Deaux, Thibault Giresse. Entraîneur : Antoine Kombouré.
  • SM Caen : Rémy Vercoutre (g) - Romain Genevois, Damien Da Silva, Alexander Djiku - Frédéric Guilbert, Youssef Aït Bennasser (Baïssama Sankoh, 18'), Julien Féret (cap), Stef Peeters, Durel Avounou - Ronny Rodelin, Enzo Crivelli (Ivan Santini, 75'). Remplaçants : Brice Samba (g) - Ismaël Diomandé, Jan Repas, Timo Stavitski, Christian Kouakou. Entraîneur : Patrice Garande.
Afficher le sous titre: 
Partager cet article sur :

À lire également

14 aoû 2018

Stef Peeters aurait pu réduire le score à la 52ème minute sur un coup-franc à l'entrée de la surface qui a terminé sa course sur le poteau de Gianluigi Buffon
Groupe pro
Retrouvez le résumé vidéo du premier match de la saison 2018/2019 disputé dimanche soir sur la pelouse du Paris-Saint-Germain. Les buts des Champions...
En savoir
Groupe pro
Après une longue préparation faite d’intenses efforts et de sudation, il était temps pour le Stade Malherbe Caen de se jeter enfin dans le grand bain...
En savoir

13 aoû 2018

Comme la semaine dernière, le Stade Malherbe va effectuer une séance à huis-clos vendredi sur la pelouse de d'Ornano
Groupe pro
Après avoir subi le réalisme du Paris-Saint-Germain pour débuter sa saison 2018/2019, le Stade Malherbe s'apprête à préparer son premier match de la...
En savoir