Bandeau de mise en avant

Le Stade Malherbe a fini par avoir le dernier mot

Mené à la demi-heure de jeu avant de prendre les commandes au retour des vestiaires puis de se faire rejoindre dans la foulée, le Stade Malherbe a fini par l'emporter 3-2 grâce, entre autres, à un doublé de Damien Da Silva sur deux corners de Stef Peeters. C'est la première fois que les hommes de Patrice Garande s'imposent après avoir concédé l'ouverture du score depuis août 2016. Avec ce succès, le premier à d'Ornano depuis la fin novembre, le club normand atteint la barre des 30 points, remontant par la même occasion à la 11e place, avec cinq longueurs d'avance sur le barragiste (18e).

Le contexte

Pour reprendre ses distances avec la zone des relégables

Battus à Saint-Etienne lors de la journée précédente malgré une prestation de qualité (2-1), les partenaires de Julien Féret se présentaient au coup d'envoi avec respectivement deux et trois points d'avance sur le barragiste (18e) et la zone rouge. Quatre de ses concurrents directs (Metz, Lille, Angers et Amiens) dans la lutte pour le maintien s'étant inclinés ce week-end, le club normand - en recevant le FC Nantes - avait la possibilité de reprendre ses distances. Mais la tâche des "Bleu et Rouge" - qui restaient sur quatre sorties sans victoire à d'Ornano (1N-3D) - ne s'annonçait pas facile face à des Canaris solidement accrochés à la cinquième place.

"Enzo (Crivelli) est une valeur ajoutée à un collectif déjà très cohérent"

"Cette équipe est hyper efficace sur le plan défensif (la troisième plus solide avec seulement 21 buts encaissés). C'est la priorité de son entraîneur (Claudio Ranieri). C'est une équipe très compacte qui pratique un jeu assez direct. Nantes impose un pressing permanent avec de nombreux duels", décrivait Patrice Garande en conférence de presse d'avant-match vendredi midi. Pour l'entraîneur caennais : "A partir de maintenant, chaque match va devenir un combat".

Et dans ce domaine, le patron technique du SMC dispose d'une nouvelle arme avec l'arrivée d'Enzo Crivelli lors du dernier jour du mercato d'hiver (31 janvier). "Attention, Enzo n'est pas le sauveur du Stade Malherbe", prévenait Patrice Garande. "C'est une valeur ajoutée à un collectif déjà très cohérent". Après une expérience compliquée à Angers (15 apparitions en L1 dont 12 titularisations pour un but), l'ex-Bordelais débarque avec un état d'esprit revanchard. "Enzo a faim. Il veut tout casser. Il a envie de redevenir le joueur qu'il était à Bastia (10 buts la saison passée en championnat). Maintenant, j'espère qu'il n'y aura pas de décalage entre les propos et les actes".

Les compositions

Les grands débuts de la "CRS" : Crivelli - Rodelin - Santini

Privé, notamment, de Frédéric Guilbert (suspendu) et Adama Mbengue (en phase de reprise), Patrice Garande adoptait un 4-4-2 avec un milieu de terrain en losange ; un système identique à celui utilisé à Bordeaux (succès 2-0). Absent depuis la mi-janvier à cause d'une élongation aux adducteurs, Youssef Aït Bennasser retrouvait le onze de départ. L'international marocain s'installait en position de sentinelle devant la défense avec Julien Féret et Stef Peeters un cran plus haut. Pour sa première apparition sous le maillot "Bleu et Rouge", Enzo Crivelli était associé - comme annoncé - à Ivan Santini.

"Enzo (Crivelli) peut tourner autour d'Ivan (Santini)"

"Enzo, c'est un garçon puissant qui prend la profondeur et qui peut tourner autour d'Ivan. Je sais que leur association peut fonctionner", se montrait confiant le coach normand. Avec la présence de Ronny Rodelin en soutien, ils forment un trio d'attaquants déjà rebaptisé la "CRS". "Si elle est aussi efficace que la MSN au Barça ou la BBC au Real, moi, ça me va très bien", plaisantait un technicien caennais qui à l'heure de jeu - avec les rentrées d'Hervé Bazile et Timo Stavitski - changeait de tactique en passant en 4-2-3-1.

Du côté nantais, Claudio Ranieri - qui reconduisait la même composition qu'à Guingamp le week-end dernier lors du plus large succès de la saison de son équipe (3-0) - restait fidèle à son immuable 4-4-2 avec un Valentin Rongier positionné extrêmement haut au côté de l'avant-centre Emiliano Sala. Derrière eux, deux lignes de quatre avec la titularisation de Koffi Djidji comme latéral gauche pour pallier la suspension de Lucas Lima. Aucune surprise sinon à signaler avec Léo Dubois en arrière droit, une charnière centrale composée de Nicolas Pallois et Diego Carlos, un duo de milieux récupérateurs René Krhin - Andrei Girotto, Adrien Thommasson et Yacine Bammou dans les couloirs.

Le film du match

Damien Da Silva forte tête !

  • 3'. Alors qu'ils se trouvent aux avant-postes avec deux centres consécutifs de Romain Genevois et Ronny Rodelin, les Caennais manquent de se faire piéger en contre, mais le centre de Valentin Rongier parvient dans le dos d'Adrien Thomasson qui était démarqué à l'entrée des 16,50 mètres.
  • 13'. Décalé par Romain Genevois sur le côté droit de la surface de réparation, Julien Féret adresse un centre au premier poteau intercepté par Ciprian Tatarusanu, le gardien nantais.
  • 27'. Superbe parade de Rémy Vercoutre sur cette volée avec un rebond de Koffi Djidji esseulé au second poteau suite à un centre provenant de la droite signé Yacine Bammou.
  • 31'. Malheureusement pour les "Bleu et Rouge", ce n'est que partie remise pour les Canaris. Profitant d'un excellent travail et d'une ouverture d'Emiliano Sala, Yacine Bammou - parti dans le dos de la défense caennaise - ouvre le score d'une frappe croisée qui vient se loger dans le petit filet opposé. SM Caen 0-1 Nantes
  • 35'. Pas le temps de gamberger pour les hommes de Patrice Garande qui reviennent à hauteur trois minutes plus tard grâce à un penalty. Sur un centre de Romain Genevois, Enzo Crivelli est bousculé dans les 16,50 mètres par Léo Dubois. Après avoir obtenu une balle d'égalisation une poignée de secondes plus tôt, Ivan Santini ne tremble pas au moment de transformer cette sanction en trouvant la lucarne droite de Ciprian Tatarusanu. Le huitième but cette saison en Ligue 1 de l'international croate ; le cinquième dans cet exercice ! SM Caen 1-1 Nantes
  • 52'. Sur un corner sortant botté par le pied gauche de Stef Peeters, Damien Da Silva - qui s'est défait du marquage d'Andrei Girotto au premier poteau - catapulte le ballon de la tête dans les filets de Ciprian Tatarusanu. SM Caen 2-1 Nantes
  • 54'. Dans la foulée, le Stade Malherbe manque de faire le break. Le centre de Julien Féret, consécutif à un renversement de Stef Peeters, est enlevé du bout des gants par Ciprian Tatarusanu alors qu'Ivan Santini se trouvait à l'affût. Sur la même action, Diego Carlos se sacrifie ensuite en se jetant sur un tir de Ronny Rodelin.
  • 57'. Des opportunités que les Normands vont regretter. Sur un petit ballon par dessus la défense d'Adrien Thomasson, Yacine Bamou - d'une demi-volée croisée - remet les deux équipes à égalité, signant par la même occasion un doublé. SM Caen 2-2 Nantes
  • 80'. Grâce à un coup de pied de coin obtenu par un pressing d'Ivan Santini sur Nicolas Pallois, les "Bleu et Rouge" reprennent l'avantage. Sur le corner de Stef Peeters dévié au premier poteau par Ronny Rodelin, Damien Da Silva - qui s'est une nouvelle libéré de son garde du corps - pousse le ballon au fond des filets d'une tête plongeante. SM Caen 3-2 Nantes
  • 90'. En deux interventions impeccables en l'espace d'une minute ; tout d'abord sur une sortie aérienne après un corner de Léo Dubois puis en captant un centre d'Alexander Kacaniklic, Rémy Vercoutre soulage toute sa défense.
  • 93'. Ciprian Tatarusanu se trouve sur la trajectoire de la frappe du gauche d'Hervé Bazile qui avait été lancé par Stef Peeters dans l'espace libre.

La réaction

"Les joueurs qui sont rentrés ont été prépondérants dans la victoire"

  • Patrice Garande, entraîneur du SM Caen : "C'est une victoire importante du point de vue comptable, car hormis Toulouse qui s'est imposé derrière nous, tout le monde s'était incliné. Nantes est une équipe très compliquée à jouer, bien organisée, très athlétique, qui pense d'abord à ne pas prendre de but. Elle le fait de manière remarquable. Et elle exploite la moindre erreur adverse. Pour s'imposer, il fallait qu'on gagne des duels, qu'on avance, qu'on impose quelque chose. Surtout, qu'on ne subisse pas. Au niveau de l'intensité, des intentions, de la solidarité, on a fourni un gros match. Comme on n'a pas plus notre petit matelas d'avance, il fallait que tout le monde change un peu d'attitude. Quand je vois le comportement du groupe dans sa globalité avec les rentrants, c'est comme ça qu'on peut obtenir des résultats. Les joueurs qui sont rentrés ont été prépondérants dans la victoire. Ça amène de la variation tactique et de la fraîcheur. La première d'Enzo ? Je suis satisfait de son comportement. Et les choses vont aller en s'améliorant".

SM CAEN - NANTES 3-2

Stade Michel-d'Ornano. 16 121 spectateurs.

Mi-temps : 1-1. 16 187 spectateurs.

Arbitrage de M. Karim Abed.

Buts : Santini (sp 35'), Da Silva (52', 80') pour Caen ; Bammou (31', 57') pour Nantes.

Avertissements : Djiku (22') à Caen ; Dubois (34'), Diego Carlos (48') à Nantes.

  • SM Caen : Rémy Vercoutre (g) - Romain Genevois, Damien Da Silva, Alexander Djiku, Vincent Bessat - Youssef Aït Bennasser (Baïssama Sankoh, 70'), Julien Féret (cap, Hervé Bazile, 64'), Stef Peeters, Ronny Rodelin - Ivan Santini (Timo Stavitski, 64'), Enzo Crivelli. Remplaçants : Brice Samba (g) - Ismaël Diomandé, Durel Avounou, Jessy Deminguet. Entraîneur : Patrice Garande.
  • Nantes : Ciprian Tatarusanu (g) - Léo Dubois (cap), Diego Carlos, Nicolas Pallois, Koffi Djidji - René Krhin, Andrei Girotto (Abdoulaye Touré, 83'), Valentin Rongier (Santy Ngom, 81' - Yacine Bammou (Alexander Kacaniklic, 62'), Emiliano Sala, Adrien Thomasson. Remplaçants : Maxime Dupé (g) - David Albiciade, Enock Kwateng, Jules Iloki. Entraîneur : Claudio Ranieri.
Afficher le sous titre: 
Partager cet article sur :

À lire également

14 aoû 2018

Groupe pro
Au terme de trois saisons pleines au Stade Malherbe, Ronny Rodelin (28 ans) prend la direction de l'EA Guingamp. 
En savoir
Stef Peeters aurait pu réduire le score à la 52ème minute sur un coup-franc à l'entrée de la surface qui a terminé sa course sur le poteau de Gianluigi Buffon
Groupe pro
Retrouvez le résumé vidéo du premier match de la saison 2018/2019 disputé dimanche soir sur la pelouse du Paris-Saint-Germain. Les buts des Champions...
En savoir
Groupe pro
Après une longue préparation faite d’intenses efforts et de sudation, il était temps pour le Stade Malherbe Caen de se jeter enfin dans le grand bain...
En savoir