Bandeau de mise en avant

Lyon - SM Caen 1-0 : le compte rendu

Malgré une prestation XXL de Rémy Vecoutre dans les cages caennaises avec plusieurs parades décisives à son actif, le Stade Malherbe - à cause notamment d'un bloc trop bas en seconde période - s'est incliné sur la plus infime des marges face à l'OL sur un but de Bertrand Traoré (1-0, 63'). Pourtant, la bande à Patrice Garande n'est pas passée loin du hold-up parfait à l'heure de jeu à l'image de cette tête d'Enzo Crivelli rebondissant sur l'un des montants d'Anthony Lopes. Malgré cette défaite, le club normand conserve la 12e place avec toujours sept points d'avance sur le barragiste (18e).

Le contexte

Entre Caen et Lyon, c'est l'heure de la belle

Dix jours après leur qualification en demi-finale de la Coupe de France aux dépens de l'OL (1-0 sur un but d'Ismaël Diomandé), le Stade Malherbe recroisait sur sa route les Gones ; la troisième confrontation entre les deux équipes cette saison (à l'aller, Lyon s'était imposé 2-1 à d'Ornano). Un rendez-vous que les partenaires de Julien Féret abordaient l'esprit un peu plus libéré suite à leur succès face à Strasbourg lors de la journée précédente (2-0). Comptant sept longueurs d'avance sur le barragiste à dix "étapes" du terme, les "Bleu et Rouge" avient accompli un grand pas vers le maintien. "Avec le nombre de points que l'on a (35), notre objectif n'est pas atteint", mettait en garde Patrice Garande. "Si on commence à se dire qu'il ne nous manque plus qu'une ou deux victoires, on peut se retrouver en danger. Il faut lutter contre toute forme de relâchement".

"La chance d'avoir un groupe qui apprend de ses expériences"

"Certes, on a un matelas d'avance confortable. Mais dans l'histoire du club, à chaque fois qu'on s'est retrouvé dans cette situation... Cette saison, on a déjà eu des possibilités de faire des choses comme avant Dijon", ajoutait le coach caennais. Toutefois, comme il l'évoquait en conférence de presse vendredi midi, le patron technique du SMC possède la chance d'avoir un groupe "qui apprend de ses expériences". "Quand on fait un match bidon face à Dijon, derrière, ça nous a servi contre Strasbourg". Pour espérer rapporter un résultat positif du Groupama Stadium, les Normands étaient prévenus. Ils devaient "pousser dans leurs derniers retranchements" des Lyonnais disputant leur 17e rencontre depuis le début de l'année 2018 (14 pour le Stade Malherbe).

La dernière en date, jeudi soir, en 8e de finale de la Ligue Europa avec un succès 1-0 en Russie face au CSKA Moscou. Restant sur six matches consécutifs sans succès en Ligue 1 (3N-3D), l'OL n'avait plus le choix. Il fallait l'emporter sous peine de voir le podium s'envoler définitivement (avant le coup d'envoi, les hommes de Bruno Genesio accusaient cinq unités de retard sur Marseille qu'ils défieront le week-end prochain). "Au niveau des résultats, cette équipe a des difficultés en championnat, mais je trouve les jugements sur leurs contenus sévères", estimait Patrice Garande. "Après leur deuxième mi-temps à Montpellier (1-1) et leur succès en Coupe d'Europe, je pense que cette équipe va être requinquée psychologiquement. Il ne faut pas s'attendre à affronter une équipe moribonde".

Les compositions

En 3-5-2 pour la sixième fois lors des sept dernières journées

Pour la sixième fois lors des sept dernières journées, Patrice Garande - qui devait composer sans Ivan Santini (suspendu), Damien Da Silva (élongation à la cuisse gauche) et Adama Mbengue (en phase de reprise) - optait pour un schéma en 3-5-2 (le club normand avait joué en 4-4-2 losange contre Nantes). Un coach caennais qui enregistrait le retour de Vincent Bessat, absent depuis la réception des Canaris début février à cause d'une blessure au mollet. Le n°11 des "Bleu et Rouge" se positionnait dans le couloir gauche. Malgré une alerte à la cheville droite pendant l'échauffement, Frédéric Guilbert a tenu l'intégralité des 90'. Dans le cœur du jeu, Youssef Aït Bennasser, Stef Peeters et Julien Féret étaient associés seulement pour la troisième fois en Ligue 1 dès le coup d'envoi.

"pas trop grave pour Ronny (Rodelin), mais à mon avis, pour Angers, c'est cuit" 

Touché à l'adducteur droit suite à une accélération, Ronny Rodelin était contraint de céder sa place à un quart d'heure de la fin. "Ronny a ressenti une petite gêne au niveau de l'adducteur. Je ne pense pas que ça soit trop grave, mais à mon avis, pour samedi (déplacement à Angers), c'est cuit. Et ça m'étonnerait qu'on prenne le risque, sachant que derrière, il y a 15 jours de trêve", expliquait un Patrice Garande qui avait décidé de changer son système quelques instants auparavant en passant en 4-3-3 avec les rentrées de Timo Stavitski puis Hervé Bazile après la blessure du Réunionnais.

Déjà privé des services de Nabil Fékir qui passera une arthroscopie de son genou droit mardi, Bruno Genesio enregistrait également le forfait de dernière minute d'Houssem Aouar, malade et rentré chez lui précipitamment. Dans son traditionnel 4-3-3, l'entraîneur des Gones opérait quatre changements par rapport au onze de départ aligné en Ligue Europa, jeudi soir, à Moscou avec les titularisations de Rafael, Ferland Mendy, Jordan Ferri et Myziane Maolida en lieu et place de Kenny Tete, Fernando Marçal, Houssem Aouar et Memphis Depay.

Le film du match

Le SMC a frôlé le hold-up parfait à l'heure de jeu

  • 2'. Après une faute de Jérémy Morel sur Enzo Crivelli, le Stade Malherbe obtient un coup franc à une trentaine des mètres des cages d'Anthony Lopes, mais la tentative de Ronny Rodelin échoue dans le mur lyonnais.
  • 15'. Sur une déviation de la tête de Myziane Maolida, consécutive à un coup de pied arrêté de Bertrand Traoré, Rémy Vercoutre se détend à l'horizontale avant qu'Alexander Djiku ne repousse définitivement la menace alors que Lucas Toussart se trouvait en embuscade. Toutefois, l'arbitre assistant avait levé son drapeau pour signaler une position de hors-jeu du jeune attaquant lyonnais.
  • 19'. Dans la continuité, le club normand concède deux nouvelles situations chaudes avec ce dégagement raté de Romain Genevois dans ses 5,50 mètres rattrapé par Frédéric Guilbert sous la menace de Mariano Diaz (17') puis sur ce coup franc à l'angle de la surface de réparation de Bertrand Traoré qui n'attrape pas le cadre deux minutes plus tard.
  • 34'. Nouvelle parade énorme de Rémy Vercoutre ! Suite à un une-deux plein axe avec Mariano Diaz, Myziane Maolida crochète son vis-à-vis avant d'armer une frappe du gauche. Légèrement pris à contre-pied par le tacle de Romain Genevois qui a dévié la trajectoire du ballon, le gardien normand - d'un arrêt réflexe impressionnant - parvient à détourner le "cuir" en corner.
  • 40'. Servi dans le dos de la défense caennaise par Mariano Diaz, Bertrand Traoré - alors que Rémy Vercoutre est sorti à sa rencontre à vitesse grand V - tente un lob qui passe largement au-dessus.
  • 48'. Au retour des vestiaires, Rémy Vercoutre est suppléé par l'un de ses poteaux. Côté gauche, Ferland Mendy rentre sur son pied droit avant de déclencher un tir enroulé - une nouvelle fois légèrement détourné par Romain Genevois - qui vient s'écraser sur le montant gauche du portier malherbiste.
  • 58'. En l'espace de soixante secondes, les "Bleu et Rouge" se procurent deux énormes opportunités d'ouvrir le score. Suite à un centre provenant de la gauche de Vincent Bessat, la tête piquée d'Enzo Crivelli, rebondit sur l'intérieur du poteau d'Anthony Lopes avant que le gardien lyonnais ne se saisisse du ballon en deux temps sur sa ligne. Dans la foulée, sur une contre-attaque menée par Stef Peeters, Ronny Rodelin - d'une frappe enroulée du pied droit à ras de terre - oblige l'ultime rempart de l'OL à se détendre (59').
  • 63'. Le Stade Malherbe a laissé passer sa chance. Quelques instants plus tard, les locaux ouvrent le score. Décalé côté gauche, le centre de Ferland Mendy détourné par Romain Genevois et Julien Féret revient un peu miraculeusement dans les pieds de Bertrand Traoré qui coupe la trajectoire du ballon. Lyon 1-0 SM Caen
  • 65'. Dans la foulée, l'OL est tout proche du break. Intenable sur son couloir gauche, Ferland Mendy sert en retrait Mariano Diaz dont la tentative est repoussée sur la ligne des 5,50 mètres par Ismaël Diomandé.
  • 86'. Après une récupération haute, Jordan Ferri lance Mariano Diaz dont le tir croisé du gauche est sorti du pied par un impeccable Rémy Vercoutre.

La réaction

"Je pense qu'il y avait matière à faire beaucoup mieux"

  • Patrice Garande, entraîneur du SM Caen : "Je pense qu'il y avait matière à faire beaucoup mieux. On a réalisé une première mi-temps comme on voulait la faire. Par rapport à ce qu'on avait mis en place, on sentait bien que les Lyonnais avaient du mal à se créer des situations. En seconde période, on a joué beaucoup trop bas. Défensivement, on a été trop passif à mon goût. Et surtout, on a connu un déchet technique pour ressortir les ballons. Il aurait fallu être plus agressif sur le porteur. Après, on connaît les qualités de cette équipe lyonnaise. Si vous la laissez manœuvrer, elle trouve des solutions. J'ai des regrets. Notre baisse de régime sur le plan physique après 70' de jeu m'a interpellé. C'est la première fois que ça nous arrive".

LYON - SM CAEN 1-0

Groupama Stadium. 39 530 spectateurs.

Mi-temps : 0-0.

Arbitrage de M. Clément Turpin.

But : Traoré (63').

Avertissements : Diaz (46') à Lyon ; Peeters (14') à Caen.

  • Lyon : Anthony Lopes (g, cap) - Rafael (Kenny Tete, 81'), Marcelo, Jérémy Morel, Ferland Mendy - Lucas Tousart, Jordan Ferri, Tanguy Ndombélé - Myziane Maolida (Memphis Depay, 66'), Bertrand Traoré (Maxwel Cornet, 74'), Mariano Diaz. Remplaçants : Mathieu Gorgelin (g) - Mouctar Diakhaby, Fernando Marçal. Entraîneur : Bruno Genesio.
  • SM Caen : Rémy Vercoutre (g) - Frédéric Guilbert, Romain Genevois, Ismaël Diomandé, Alexander Djiku, Vincent Bessat (Timo Stavitski, 73') - Youssef Aït Bennasser, Julien Féret (cap), Stef Peeters  (Hervé Bazile, 79') - Enzo Crivelli, Ronny Rodelin (Jessy Deminguet, 74'). Remplaçants : Brice Samba (g) - Yoël Armougom, Durel Avounou, Jan Repas. Entraîneur : Patrice Garande.
Afficher le sous titre: 
Partager cet article sur :

À lire également

20 juin 2018

Adama Mbengue fête la victoire des Lions de la Teranga au milieu de ses coéquipiers et face au nombreux public Sénégalais
Groupe pro
Le Sénégal s'est imposé 2-1 face à la Pologne pour son entrée en lice de cette coupe du Monde 2018 en Russie. Le caennais Adama Mbengue, appelé de...
En savoir
Groupe pro
La reprise de l'entraînement, un stage d'une semaine et demi sur la presqu'île de Rhuys dans le Morbihan, les lieux et les dates des quatre matches...
En savoir

18 juin 2018

Groupe pro
Les supporters du SM Caen ont élu le but de Jessy Deminguet contre le FC Metz (1-1) plus beau but caennais de la saison 2017-2018 avec près de 70%...
En savoir