Marseille - Caen : rétrospective sur le succès de février 2015 (2-3)

Du but d'Emmanuel Rival en 1996 au coup de canon d'Andy Delort il y a deux ans en passant par les réalisations décisives de Cyrille Watier en 2005 et de Youssef El Arabi en 2010, le Stade Malherbe s'est imposé à cinq reprises au Vélodrome dont quatre fois lors de ses huit dernières visites. A trois jours de se déplacer à Marseille, rétrospective sur le succès caennais obtenu en février 2015 (3-2) avec le témoignage de Nicolas Seube, buteur durant cette confrontation dans la cité phocéenne.

En ce soir de février 2015, le Stade Malherbe se rend au Vélodrome avec le plein de confiance. Lanterne rouge à la trêve hivernale, le club normand (14e avant le coup d'envoi) - qui reste sur cinq victoires et un nul au Parc des Princes - a complètement inversé la tendance. "Après avoir mangé notre pain noir lors des matches aller, on se trouvait dans une phase plutôt positive", résume Nicolas Seube. "La confiance, c'est ce qui fait toute la différence dans le football. Elle nous fait pousser des ailes".

"Dans le Vélodrome, on se croyait dans une ruche d'abeilles"

Toutefois, face à l'OM d'un certain Marcelo Bielsa qui lutte toujours - à ce moment de la saison - pour le titre de champion de France (les Olympiens comptent quatre points de retard sur le leader lyonnais avant cette 27e journée), les hommes de Patrice Garande ne partent absolument pas favoris dans un Vélodrome en ébullition. "On se croyait dans une ruche d'abeilles. On ne s'entendait pas à cinq mètres. Il fallait crier pour communiquer entre nous".

Un contexte qui n'avait pas intimidé les Caennais et encore moins leur historique n°2. "Bien au contraire. Cette ambiance me galvanisait". Mais malgré un penalty de Michy Batshuayi détourné par Rémy Vercoutre dès la première minute, les coéquipiers de Julien Féret accusent deux buts de retard à l'heure de jeu. "Ce score ne reflétait pas la physionomie du match. On s'était procuré énormément de situations dangereuses avec une barre et deux ballons sauvés sur la ligne. Les Marseillais aussi d'ailleurs. Ça aurait pu finir à 5-5".

En Une de L'Equipe au lendemain de cette victoire aux dépens de l'OM de Marcelo Bielsa

Au cours d'une dernière demi-heure de folie, le Stade Malherbe ne va, néanmoins, pas se contenter d'un partage des points. "On avait extrêmement bien préparé ce rendez-vous. On savait que Marseille était un peu dans le dur physiquement, notamment dans la deuxième partie du match. C'est pourquoi, même à 2-0, on n'a jamais baissé les bras", explique un Nicolas Seube qui avait redonné l'espoir à son équipe en coupant au premier poteau un corner de Thomas Lemar.

"Le Vélodrome est peut-être le stade où j'ai le plus marqué dans ma carrière"

"Le Vélodrome, c'est peut-être le stade où j'ai le plus marqué dans ma carrière (il avait déjà inscrit un but dans cette enceinte en 2010)", plaisante l'actuel entraîneur adjoint des U17 nationaux du SMC qui avait harangué ses troupes après cette réduction du score. "Bon, déjà, fêter mes buts, ça n'a jamais été mon truc et à 2-1, on sentait qu'on avait la possibilité de revenir". La suite lui donnera raison avec une égalisation signée Emiliano Sala avant le coup de grâce porté par Nicolas Benezet à trois minutes de la fin.

"Dans ce match, on avait eu deux blessés assez rapidement avec les sorties de Lenny (Nangis) et Hervé (Bazile), mais leurs deux remplaçants : Nico et Thomas s'étaient montrés décisifs". Le lendemain, le club normand avait eu les honneurs de la Une de L'Equipe. "C'est plutôt plaisant. Pour une fois, ce n'était pas la défaite de Marseille qui avait été mis en avant, mais la victoire de Caen. Et c'est suffisamment rare pour être souligné". Et si la prochaine, c'était pour lundi après un nouvel exploit de la bande à Patrice Garande dans la cité phocéenne.

Saison 2014-2015 - 27e journée de Ligue 1 - Vendredi 27 février 2015

MARSEILLE - SM CAEN 2-3

Stade Vélodrome. 44 614 spectateurs.

Mi-temps : 1-0.

Arbitrage de M. Sébastien Desiage.

Buts : Ayew (45+3'), Gignac (62') pour Marseille ; Seube (67'), Sala (70'), Benezet (87') pour Caen.

Avertissements : Dja Djédjé (22') à Marseille ; Yahia (2') à Caen.

  • Marseille : Steve Mandanda (g, cap) - Brice Dja Djédjé, Rod Fanni, Jérémy Morel, Benjamin Mendy - Giannelli Imbula, André Ayew, Lucas Ocampos (Romain Alessandrini, 60'), Florian Thauvin (Alaixys Romao, 78'), Dimitri Payet - Michy Batshuayi (André-Pierre Gignac, 59'). Remplaçants : Brice Samba (g) - Baptiste Aloé, Stéphane Sparagna, Bill Tuiloma. Entraîneur : Marcelo Bielsa.
  • SM Caen : Rémy Vercoutre (g) - Dennis Appiah, Alaeddine Yahia, Felipe Saad, Emmanuel Imorou - Nicolas Seube, N'Golo Kanté, Julien Féret (cap) - Lenny Nangis (Nicolas Benezet, 27'), Emiliano Sala (Sloan Privat, 87'), Hervé Bazile (Thomas Lemar, 41'). Remplaçants : Damien Perquis (g) - Alexandre Raineau, Jean Calvé, Jordan Adéoti. Entraîneur : Patrice Garande.
Afficher le sous titre: 
Partager cet article sur :

À lire également

18 nov 2017

Groupe pro | Ligue 1 : SM Caen - Nice
La suspension de Frédéric Guilbert, les indisponibilités de Jan Repas, Stef Peeters et Youssef Aït Bennasser, les retours de Vincent Bessat et...
En savoir
Pour Patrice Garande, la participation d'Ivan Santini à la Coupe du Monde 2018 en Russie dépend de son efficacité. "Pour un avant-centre, il n'y a que ça qui compte".
Groupe pro
En conférence de presse d'avant-match, Patrice Garande est revenu sur la possible participation de trois Caennais au Mondial 2018. Pendant la...
En savoir
Groupe pro
Le Stade Malherbe souhaite un joyeux anniversaire à Ronny Rodelin. Le double "R" fête aujourd'hui ses 28 ans !
En savoir