Bandeau de mise en avant

Metz - SM Caen 1-1 : le compte rendu

Grâce à un ciseau retourné extraordinaire de Jessy Deminguet à un quart d'heure de la fin (73'), le Stade Malherbe - qui avait concédé l'ouverture du score deux minutes auparavant sur un CSC du malheureux Damien Da Silva (71') - a arraché le match nul face à une lanterne rouge messine qui jouait une grande partie de son avenir (1-1). Ce point conjugué à la défaite de Lille un peu plus tôt dans l'après-midi, et en attendant le résultat de Troyes dimanche, permet au club normand de se rapprocher du maintien.

Le contexte

Garder l'état d'esprit de la coupe

Alors que la page de la Coupe de France est définitivement refermée depuis mercredi soir et l'élimination face au PSG, les partenaires de Julien Féret ont rapidement dû se projeter vers leur objectif n°1 : "rester en Ligue 1". Pour renouveler leur bail dans l'élite du football français pour une cinquième saison consécutive, les Normands pouvaient justement s'appuyer sur leur parcours en coupe où ils ont fait preuve de grandes ressources mentales. "Dans cette fin de championnat, c'est surtout ça qui compte", soulignait Patrice Garande. "On doit se servir des éléments qu'on a mis dans cette aventure, et pas uniquement contre Paris".

"On doit se servir des éléments qu'on a mis en coupe"

S'il restait sur une série de quatre défaites consécutives en championnat, le Stade Malherbe se trouvait en position de force. Malgré le report de leur confrontation contre Toulouse le week-end précédent, les "Bleu et Rouge" possédaient toujours six longueurs d'avance sur le barragiste avant le coup d'envoi. "Je pense qu'avec 38 points, ça sera bon", lâchait le patron technique du SMC dont la formation affichait 35 unités au compteur avant de se rendre en Lorraine. Autant dire qu'un succès à Saint-Symphorien était quasi-synonyme de maintien.

Dans le camp d'en face, le FC Metz - bien que lanterne rouge sans interruption depuis fin août - n'avait pas encore dit son dernier mot dans la lutte contre la relégation. Relancé par son succès à Rennes il y a sept jours, la bande à Frédéric Hantz pouvait revenir - en cas de victoire aux dépens du Stade Malherbe conjuguée à une double défaite de Lille et Troyes - à une longueur de la position de barragiste (18e). Inespéré quand on se souvient que les "Grenats" en accusaient 13 de retard au soir de la 17e journée.

Les compositions

En 4-4-2 pour la première fois depuis la mi-janvier avec Frédéric Guilbert milieu droit 

Privé des services d'Ismaël Diomandé (réserve), Youssef Aït Bennasser (en phase de reprise avec la réserve), Ivan Santini et Christian Kouakou (blessés), Patrice Garande optait pour un 4-4-2. Très majoritairement utilisé lors de la phase aller, ce système n'avait plus été mis en place depuis la réception de Lille (J20) le 13 janvier. Autour d'une charnière centrale composée de Damien Da Silva et Alexander Djiku et alors que Rémy Vercoutre retrouvait les cages caennaises après avoir été relayé par Brice Samba en Coupe de France, Romain Genevois et Durel Avounou occupaient les postes d'arrière droit et gauche. Pour l'international congolais, il s'agissait de sa première titularisation depuis la réception de Strasbourg début mars.

"Fred milieu droit ? J'avais déjà cette idée de le mettre à cette place contre Paris"

De retour de suspension, Frédéric Guilbert était aligné dans une position inédite de milieu droit. "J'avais déjà cette idée pour Paris s'il n'avait pas été suspendu. Je trouve que Fred a beaucoup de jambes en ce moment. Je voulais qu'il pose des problèmes à Julian Palmieri. C'est un guerrier, je voulais un guerrier en face", commentait le coach caennais en conférence de presse d'après match. A l'opposé, Jan Repas était suppléé à la pause par Vincent Bessat. "A la mi-temps, je voulais régler ce problème sur notre côté gauche". A l'heure de jeu, le Stade Malherbe basculait en 4-3-3 avec la rentrée de Jessy Deminguet à la place d'Enzo Crivelli. Suspendu puis victime d'un pépin musculaire, l'ex-angevin avait effectué son retour dans le onze de départ normand pour la première fois depuis le 11 mars.

Côté messin, Frédéric Hantz - dans son schéma traditionnel en 4-2-3-1 - faisait redescendre Fallou Diagne d'un cran ; l'international sénégalais évoluant en défense au côté de Moussa Niakhaté en dépit du retour dans le groupe de Milan Bisevac ; Georges Mandjeck le remplaçant numériquement en milieu défensif. Sur le front offensif, l'entraîneur lorrain - sans aucune surprise - renouvelait sa confiance aux hommes en forme avec notamment le duo Nolan Roux (14 buts) - Matthieu Dossevi (10 passes décisives).

Le film du match

Le retourné acrobatique de Jessy Deminguet !

  • 18'. Tandis que Baïssama Sankoh réclame une faute au départ de l'action, le FC Metz part en contre-attaque. A la conclusion de ce mouvement, il faut une parade énorme de Rémy Vercoutre avec une main droite parfaitement ferme sur une reprise d'Emmanuel Rivière - consécutive à un centre de Florent Mollet - pour empêcher les "Grenats" d'ouvrir le score.
  • 21'. Profitant d'une déviation d'Enzo Crivelli suite à un jeu direct, Ronny Rodelin déclenche une frappe enroulée du pied droit à l'entrée de la surface ; une tentative malheureusement trop écrasée qui termine dans les gants d'Eiji Kawashima.
  • 29'. Après une perte de balle normande dans le rond central, les locaux amorcent un nouveau contre. Intenable sur son côté droit, Matthieu Dossevi centre en retrait pour Emmanuel Rivière dont le tir est contré du dos par Damien Da Silva avant que Romain Genevois n'éloigne le danger de la tête.
  • 33'. Alors qu'elle semblait cadrée, une demi-volée de Julian Palmieri à l'angle des 16,50 mètres est détournée par son coéquipier Emmanuel Rivière en voulant couper la trajectoire du ballon.
  • 45+3'. Juste avant la pause, les hommes de Frédéric Hantz se voient refuser un but pour un hors-jeu de Fallou Diagne suite à un coup franc de Florent Mollet.
  • 61'. Suite à une récupération au niveau de la ligne médiane, Frédéric Guilbert - lancé dans la profondeur - centre en direction d'Enzo Crivelli, mais l'attaquant caennais - aux prises avec la charnière centrale messine - ne parvient pas à couper la trajectoire convenablement.
  • 63'. La reprise de Florent Mollet, consécutive à un énième centre en retrait de Matthieu Dossevi qui avait éliminé son vis-à-vis au préalable, meurt dans le petit filet extérieur de Rémy Vercoutre.
  • 71'. Profitant d'une glissade de Vincent Bessat au départ de l'action, Ivan Balliu s'infiltre dans la surface de réparation. Son centre au cordeau est poussé dans ses propres filets par le malheureux Damien Da Silva qui se trouvait à la lutte avec Emmanuel Rivière au premier poteau. Metz 1-0 SM Caen
  • 73'. La réaction malherbiste ne tarde pas à intervenir. Et quelle réaction. Après un centre de Romain Genevois du poteau de corner et un duel remporté de la tête par Ronny Rodelin au détriment de Fallou Diagne, Jessy Deminguet exécute un retourné acrobatique entre la ligne des 5,50 mètres et le point de penalty qui fusille Eiji Kawashima. C'est le premier but chez les professionnels du jeune milieu terrain formé au SMC. Metz 1-1 SM Caen
  • 88'. Sur une ouverture dans la profondeur de Ronny Rodelin, Frédéric Guilbert - parti à la limite du hors-jeu - se présente en face-à-face devant Eiji Kawashima, mais le n°21 des "Bleu et Rouge" se heurte à l'ultime rempart lorrain.

La réaction

"Je suis surtout content d'avoir retrouvé une équipe avec une âme, un état d'esprit"

  • Patrice Garande, entraîneur du SM Caen : "Dans un premier temps, je suis satisfait de ce point même si on aurait pu en prendre plus avec l'action de Fred. Je pense qu'il va être très important. Je suis surtout content d'avoir retrouvé une équipe avec une âme, un état d'esprit. Aujourd'hui, il fallait avoir du mental après la débauche d'énergie contre Paris et l'ascenseur émotionnel que les joueurs ont vécu. Si on parle exclusivement que du maintien, aujourd'hui, on a sept points d'avance sur Lille. On va attendre le résultat de Troyes. S'ils perdent, sur les quatre matches qui leur restera ensuite, Lille et Troyes devront en gagner trois pour nous dépasser. Je ne veux pas dire que c'est fait… J'ai toujours pensé qu'à 38 points, ce serait bon. Il faudra prendre des points contre Toulouse".
  • METZ - SM CAEN 1-1

Stade Saint-Symphorien. 16 518 spectateurs.

Mi-temps : 0-0.

Arbitrage de M. Karim Abed.

Buts : Da Silva (csc, 71') pour Metz ; Deminguet (73') pour Caen.

Avertissements : Diagne (81'), Roux (91') à Metz ; Djiku (91') à Caen.

  • Metz : Eiji Kawashima (g) - Ivan Balliu (Opa Nguette, 89'), Fallou Diagne, Moussa Niakhaté, Julian Palmieri - Georges Mandjeck (Ibrahima Niane, 85'), Renaud Cohade (cap) - Matthieu Dossevi, Florent Mollet (Danijel Milicevic, 76'), Nolan Roux - Emmanuel Rivière. Remplaçants : Quentin Beunardeau (g) - Jonathan Rivierez, Milan Bisevac, Vahid Selimovic. Entraîneur : Frédéric Hantz.
  • SM Caen : Rémy Vercoutre (g) - Romain Genevois, Damien Da Silva, Alexander Djiku, Frédéric Guilbert - Jan Repas (Vincent Bessat, 46'), Baïssama Sankoh, Julien Féret (cap), Durel Avounou - Ronny Rodelin, Enzo Crivelli (Jessy Deminguet, 63'). Remplaçants : Brice Samba (g) - Jordan Leborgne, Stef Peeters, Timo Stavistki, Makan Macalou. Entraîneur : Patrice Garande.
Afficher le sous titre: 
Partager cet article sur :

À lire également

14 aoû 2018

Groupe pro
Au terme de trois saisons pleines au Stade Malherbe, Ronny Rodelin (28 ans) prend la direction de l'EA Guingamp. 
En savoir
Stef Peeters aurait pu réduire le score à la 52ème minute sur un coup-franc à l'entrée de la surface qui a terminé sa course sur le poteau de Gianluigi Buffon
Groupe pro
Retrouvez le résumé vidéo du premier match de la saison 2018/2019 disputé dimanche soir sur la pelouse du Paris-Saint-Germain. Les buts des Champions...
En savoir
Groupe pro
Après une longue préparation faite d’intenses efforts et de sudation, il était temps pour le Stade Malherbe Caen de se jeter enfin dans le grand bain...
En savoir