Bandeau de mise en avant

SM Caen - Marseille 0-2 : le compte rendu

Alors qu'ils avaient parfaitement contenu les vélléités offensives marseillaises en première mi-temps derrière un "back four" impressionnant de solidité (Frédéric Guilbert, Damien Da Silva, Alexander Djiku et Vincent Bessat), le Stade Malherbe a subi la loi de l'OM au retour des vestiaires. Baissant de pied physiquement en seconde période, les hommes de Patrice Garande ont tout d'abord concédé un penalty transformé par Dimitri Payet (55') avant d'encaisser une magnifique frappe dans la lucarne de Florian Thauvin (74').

Le contexte

Pour entraver la marche en avant marseillaise

En s'imposant à Bordeaux (2-0), en milieu de semaine, le Stade Malherbe a mis fin à quasiment à deux mois de disette en Ligue 1 ; le dernier succès caennais en championnat remontait au 25 novembre contre... les Girondins ! "Ce résultat nous apporte beaucoup de sérénité", ne cachait pas Patrice Garande en conférence de presse. Une victoire qui a également permis au collectif normand de faire le plein de confiance avant de défier l'Olympique de Marseille. En dépit de ce troisième rendez-vous en l'espace de sept jours (l'OM se trouve dans le même cas de figure), le patron technique du SMC ne s'inquiétait pas de l'état de physique de ses troupes. "Quand on gagne, la récupération est toujours plus facile".

"Si on fait ce métier, c'est pour disputer ce genre de match"

Seule formation à avoir largement dominé le club caennais durant la phase aller (avec un revers 5-0 au Vélodrome), Marseille - porté, notamment, par le trio Steve Mandanda-Luiz Gustavo-Florian Thauvin - avance quasiment à un rythme de champion depuis la mi-septembre. Entre les 6e et les 21e journées, les Phocéens ont engrangé 37 points sur les 48 mis en jeu (11V-4N-1D). Sur cette période, il n'y a que le PSG qui fait mieux. "On aborde un adversaire d'un autre calibre", prévenait le coach malherbiste. "C'est une équipe de tueurs. Elle exploite chaque perte de balle. Le moindre détail compte. 30 secondes d'inattention et vous êtes punis. Dans les phases de transition, c'est l'une des meilleures du championnat".

Face à une opposition de cette qualité, Patrice Garande attendait de ses joueurs "qu'ils donnent tout ce qu'ils ont dans le ventre". "Il faut jouer ce match à fond, sans penser à ce qui va venir ensuite, sans songer à la rencontre d'après, sans se dire qu'on sera fatigué dans deux jours. Il faut l'aborder avec beaucoup d'envie et de plaisir. On est chez nous. Le stade va être plein (d'Ornano affichait guichets fermés pour la première fois de la saison). Si on fait ce métier, joueur ou entraîneur, c'est pour préparer et disputer ce genre de match".

Les compositions

Retour de suspension pour Rémy Vercoutre, Jonathan Delaplace titulaire dans l'entrejeu

Par rapport à l'équipe qui s'était imposée il y a quatre jours à Bordeaux, Patrice Garande reconduisait quasiment la même composition ; le technicien normand n'opérant que deux changements. Expulsé contre Lille le week-end dernier et relayé par sa doublure : Brice Samba, Rémy Vercoutre - qui n'avait écopé que d'un match de suspension en commission de discipline, jeudi soir - retrouvait, bien entendu, sa place dans les cages.

En 4-1-4-1 (4-3-3 avec le ballon) avec Ronny Rodelin et Timo Stavitski sur les ailes

Sorti à la mi-temps en Gironde, Youssef Aït Bennasser - victime d'une légère élongation aux adducteurs - était remplacé par Jonathan Delaplace ; la première titularisation pour le n°6 du Stade Malherbe en 2018. S'il renouvelait les trois quarts de son onze de départ, le coach des "Bleu et Rouge" changeait de système en adoptant un 4-1-4-1 (4-3-3 avec le ballon) avec Baïssama Sankoh en sentinelle alors que Ronny Rodelin et Timo Stavitski - pour sa première à d'Ornano - se positionnaient dans les couloirs.

Pour l'OM, Rudi Garcia disposait sa formation en 4-2-3-1 avec une demi-surprise : Clinton Njie étant aligné à la pointe de l'attaque alors que Valère Germain et Konstantinos Mitroglou s'asseyaient sur le banc. Si Dimitri Payet et Florian Thauvin prenaient place en n°10 et sur le flanc droit, Maxime Lopez occupait une position inhabituelle de milieu offensif gauche. En l'absence de Jordan Amavi (déchirure du quadriceps de la cuisse gauche), Hiroki Sakai dépannait dans le couloir gauche de la défense olympienne ; Bouna Sarr - attaquant de formation - poursuivant sa reconversion comme latéral droit. 

Le film du match

Le Stade Malherbe n'avait pourtant pas été inquiété en première période

  • 9'. Alerte sur les cages caennaises avec ce centre de Dimitri Payet provenant de la droite que Clinton Njie - à la lutte avec Damien Da Silva - est tout proche de couper au premier poteau.
  • 19'. L'ouverture du score signée Ivan Santini est refusée pour un hors-jeu. Dommage, car l'action était très bien construite. Tout était parti d'un tacle rageur de Frédéric Guilbert dans les pieds d'Hiroki Sakai. Décalé par le latéral droit du SMC, Ronny Rodelin voyait son centre enroulé repoussé dans l'axe par Bouna Sarr. Remportant son duel de la tête à l'entrée des 16,50 mètres, Jonathan Delaplace remettait pour l'avant-centre croate justement signalé en position illicite.
  • 25'. Sur un centre à ras de terre de Luiz Gustavo, Clinton Njie manque une nouvelle fois de couper la trajectoire du ballon. Dans la continuité de l'action, énorme contact entre Vincent Bessat et Florian Thauvin dans la surface de réparation, mais - heureusement pour le Stade Malherbe - François Letexier ne siffle pas de penalty.
  • 34'. Après un renversement de Luiz Gustavo sur Maxime Lopez, le n°27 de l'OM transmet à Dimitri Payet. Le centre au second poteau du Réunionnais est repris de la tête par Clinton Njie, mais l'attaquant camerounais n'attrape pas le cadre.
  • 43'. A la conclusion d'une contre-attaque marseillaise avec, notamment, une transversale de Dimitri Payet, Vincent Bessat réalise une superbe intervention en taclant au devant de Florian Thauvin qui se présentait, pourtant, dans sa position préférentielle.
  • 51'. Parti dans le dos de la défense normande, Clinton Njie voit sa frappe croisée du pied droit heurter la base du montant de Rémy Vercoutre, mais le n'14 marseillais avait été de toute façon signalé hors-jeu (même si après avoir revu les images, il se trouvait sur la même ligne que le dernier défenseur caennais).
  • 55'. Sur un ballon qu'il veut dégager, Vincent Bessat - légèrement en retard - provoque un penalty en déstabilisant Bouna Sarr à l'angle des 16,50 mètres. Restant sur deux échecs lors des deux précédentes journées avec les tentatives de Florian Thauvin et Valère Germain, l'OM, cette fois-ci, ne laisse pas passer sa chance avec la transformation de Dimitri Payet. SM Caen 0-1 Marseille
  • 62'. Alors que la pression olympienne dans le camp normand est plus forte que jamais, Rémy Vercoutre maintient son équipe dans le match en repoussant une reprise quasiment à bout portant de Clinton Njie.
  • 66'. Le centre à ras de terre de Ronny Rodelin - consécutif à un décalage côté droit d'Hervé Bazile - est intercepté par Steve Mandanda alors qu'Ivan Santini se trouvait à l'affût derrière le gardien phocéen.
  • 74'. Après une première tentative contrée par Alexander Djiku, Florian Thauvin - en ouvrant son pied gauche à l'entrée de la surface de réparation - nettoie la lucarne droite de Rémy Vercoutre. SM Caen 0-2 Marseille

La réaction

"Le penalty est indiscutable"

  • Patrice Garande, entraîneur du SM Caen : "Je trouve qu'on a fait une bonne première période. Surtout, défensivement. Sur cetains coups, on aurait pu se lâcher un peu plus. Compte tenu de la participation importante des latéraux à Marseille, j'avais décidé de jouer dans ce système (en 4-1-4-1). Même si c'est une équipe de très haut niveau, ce n'était pas un grand Marseille pendant 45'. A la mi-temps, j'avais prévenu les joueurs que Marseille allait redémarrer fort. Le penalty est indiscutable. A 1-0, tout était toujours possible. A 2-0, c'était fini. Physiquement, on a vu une différence entre les deux équipes en seconde période. Les joueurs ont fait beaucoup d'efforts. Les organismes sont très fatigués".

SM CAEN - MARSEILLE 0-2

Stade Michel-d'Ornano. 20 249 spectateurs.

Mi-temps : 0-0.

Arbitrage de M. François Letexier.

Buts : Payet (sp 55'), Thauvin (74').

Avertissements : Guilbert (38'), Damien Da Silva (58') à Caen ; Sarr (29'), Rolando (42'), Thauvin (53') à Marseille.

  • SM Caen : Rémy Vercoutre (g) - Frédéric Guilbert, Damien Da Silva, Alexander Djiku, Vincent Bessat - Baïssama Sankoh, Jonathan Delaplace (Ismaël Diomandé, 69'), Julien Féret (cap, Jan Repas, 84') - Timo Stavitski (Hervé Bazile, 61'), Ivan Santini, Ronny Rodelin. Remplaçants : Brice Samba (g) - Romain Genevois, Yoël Armougom, Durel Avounou. Entraîneur : Patrice Garande.
  • Marseille : Steve Mandanda (g) - Bouna Sarr, Adil Rami, Jorge Rolando, Hiroki Sakai - Franck-André Zambo Anguissa, Luiz Gustavo - Florian Thauvin (Valère Germain, 78'), Dimitri Payet (cap, Lucas Ocampos, 72'), Maxime Lopez - Clinton Njie. Remplaçants : Yohann Pelé (g) - Boubacar Kamara, Aymen Abdennour, Henri Bedimo, Konstantinos Mitroglou. Entraîneur : Rudi Garcia.
Afficher le sous titre: 
Partager cet article sur :

À lire également

22 oct 2018

Groupe pro
C'est déjà l'heure de reprendre l'entraînement pour les joueurs du groupe professionnel ce lundi après-midi. Après le match nul concédé face à l'EA...
En savoir
Mis à part sur coup de pied arrêté, les caennais ont eu beaucoup de mal à inquiéter la défense bretonne samedi soir
Groupe pro | Ligue 1 Conforama : SM Caen 0 - 0 EA Guingamp
Le résumé du match SMCaen / EA Guingamp
En savoir
Fabien Mercadal a regretté le contenu proposé par ses joueurs face à une équipe de l'EA Guingamp bien regroupée
Groupe pro | Ligue 1 Conforama : SM Caen 0 - 0 EA Guingamp
Conférence de presse Fabien Mercadal après SMCaen / EA Guingamp   @alex_djiku "On n'a jamais trop eu l'habitude de jouer...
En savoir