Bandeau de mise en avant

SM Caen - Paris SG 1-3 : le compte rendu

L'exploit n'était pas si loin. Formidable de générosité, de rigueur et dangereux à la moindre opportunité, le Stade Malherbe - porté par un public de d'Ornano en transe - a tenu tête à l'ogre parisien. Dans une demi-finale marquée par l'intervention de l'assistance vidéo à l'arbitrage à deux reprises, le club normand - qui était revenu au score juste avant la mi-temps grâce à un but d'Ismaël Diomandé - a craqué dans les dix dernières minutes. Désormais, les hommes de Patrice Garande vont devoir digérer au plus vite cette déception pour rebasculer sur le championnat avec leur maintien à valider.

Le contexte

Les Caennais voulaient basculer dans l'irrationnel

A rendez-vous exceptionnel, préparation hors du commun. Pour la première demi-finale de Coupe de France de l'histoire du Stade Malherbe, les 18 éléments retenus par Patrice Garande s'étaient mis au vert depuis lundi après-midi dans le Bessin ; une destination d'où ils ont rejoint directement d'Ornano. "L'idée était de sortir de notre cadre habituel, de casser un peu le rythme du championnat", expliquait le patron technique du SMC dont l'équipe a été contrainte au chômage technique ce week-end suite au report de sa rencontre de Ligue 1 contre Toulouse (à cause d'un violent orage). "Il faut toujours trouver un équilibre entre l'excitation qui est normale et la sérénité nécessaire pour réaliser une performance".

"IL FAUT QUE TOUS NOS SUPPORTERS VIENNENT EN SE DISANT : ON VA LE FAIRE AVEC EUX"

Pour renverser la montagne parisienne, les partenaires de Julien Féret - au-delà de toutes considérations techniques, physiques ou bien tactiques - devaient déjà se persuader qu'ils en étaient capables. "La première chose, c'est se mettre dans la tête que c'est possible", confirmait un coach caennais qui appellait ses troupes à s'inspirer des exploits européens de la semaine dernière. "Pas un d'entre vous (en s'adressant aux journalistes) aurait imaginé que la Roma élimine le Barça. Dans le foot, il y a toujours une part d'irrationnel. J'ai la conviction qu'il va se passer quelque chose dans ce match".

Un exploit qui se préparait. "Je ne crois pas que ça arrive tout seul. Il faut le créer". Alors que de nombreux observateurs considéraient la qualification du PSG comme acquise, "j'ai reçu pas mal de témoignages de nos supporters qui étaient vexés de voir que cette demie était occultée par certains", Patrice Garande comptait sur le soutien du 12e homme dans un d'Ornano à guichets fermés pour transcender ses joueurs. "Le stade va être plein. Il doit y avoir une odeur, une atmosphère, une ambiance différente d'un match de championnat. Il faut que tous nos supporters viennent en se disant : On va le faire avec eux".

Les compositions

En 4-3-3 avec Ismaël Diomandé, Jessy Deminguet et Ivan Santini titulaires

Privé des services de Frédéric Guilbert (suspendu), Adama Mbengue (adducteurs) et Youssef Aït Bennasser (en phase de reprise), Patrice Garande réservait quelques nouveautés dans sa composition. Dans un 4-1-4-1 (4-3-3 avec le ballon), Ismaël Diomandé - héros du quart de finale contre Lyon - était aligné en sentinelle devant une défense composée de droite à gauche de Romain Genevois, Damien Da Silva, Alexander Djiku et Vincent Bessat. Stef Peeters et Ronny Rodelin complétaient le cœur du jeu alors que Christian Kouakou (à droite) et Jessy Deminguet (à gauche) occupaient les couloirs offensifs. Conséquence, l'habituel capitaine Julien Féret prenait place sur le banc au coup d'envoi.

Ivan Santini et Christian Kouakou blessés, Ismaël Diomandé expulsé

Comme lors des trois tours précédents où il s'était montré à chaque fois décisif, Brice Samba gardait les cages normandes. A la pointe de l'attaque, Ivan Santini - touché au psoas - était relayé à la pause par Enzo Crivelli. La participation de l'avant-centre croate pour le déplacement à Metz, samedi, en championnat est compromise. Tout comme celle de Christian Kouakou, touché à la cuisse droite et sorti à l'heure de jeu. Expulsé à la 90' pour un tacle rugueux sur Javier Pastore, Ismaël Diomandé sera, lui, automatiquement suspendu.

Du côté parisien, Unai Emery proposait un onze de départ trés offensif avec Julien Draxler, Angel Di Maria, Kylian Mbappé et Edinson Cavani présent d'entrée. Autour d'une charnière centrale 100% brésilienne formée de Thiago Silva et Marquinhos, Thomas Meunier et Yuri Berchiche occupaient les couloirs défensifs. Giovanni Lo Celso prenait place en sentinelle avec Adrien Rabiot positionné un cran plus haut au milieu.

Le film du match

Les Caennais y ont cru jusqu'au bout

  • 4'. Suite à un corner de Stef Peeters obtenu grâce à un excellent pressing de Ronny Rodelin sur Adrien Rabiot, Vincent Bessat décoche la première banderille. Sa frappe tendue du gauche des 25 mètres est captée par Kevin Trapp. Dans la continuité de cette action, Damien Da Silva réalise une intervention décisive en interceptant dans ses 5,50 mètres un tacle d'Angel Di Maria que convoitait Edinson Cavani (5').
  • 13'. Après une ouverture de Thiago Silva côté droit centré de volée par Thomas Meunier, Edinson Cavani enchaîne contrôle de la cuisse puis reprise du pied droit ; une tentative détournée in extremis en corner par un Damien Da Silva omniprésent.
  • 17'. S'échappant côté droit, Kylian Mbappé adresse un centre en retrait pour Angel Di Maria dont le plat du pied légèrement écrasé termine dans les gants de Brice Samba.
  • 25'. Décalé par Angel Di Maria dans le dos de l'arrière-garde caennaise après un mauvais renvoi de celle-ci la plaçant sous pression, Edinson Cavani voit son tir croisé poussé au fond des filets par un Kylian Mbappé à la limite du hors-jeu. SM Caen 0-1 Paris SG
  • 44'. Tout proche de concéder le break sans un tacle décisif d'Alexander Djiku dans les pieds de Kylian Mbappé (43') ; le n°24 du SMC se rattrapant de sa faute de relance initiale, les hommes de Patrice Garande reviennent à hauteur juste avant la pause. Après une première tentative de Jessy Deminguet contrée, Ismaël Diomandé déclenche un extérieur du droit des 30 mètres - déviée par Adrien Rabiot - qui surprend Kevin Trapp. SM Caen 1-1 Paris SG
  • 47'. Alors que le PSG pense avoir repris les commandes du match grâce à Edinson Cavani, la réalisation de l'avant-centre uruguayen est annulée après l'intervention de l'assistance vidéo à l'arbitrage ; Angel Di Maria - à l'origine de ce but - se trouvant en hors-jeu au départ de l'action.
  • 55'. Sur une longue ouverture dans la profondeur signée Marquinhos, Angel Di Maria tente une demi-volée du gauche croisée que Brice Samba claque au-dessus de sa transversale.
  • 61'. La réponse du Stade Malherbe - qui essaye de se montrer dangereux sur le moindre ballon de contre-attaque - ne tarde pas à intervenir avec cette volée des 30 mètres de l'extérieur du gauche de Stef Peeters qui frôle le montant droit de Kevin Trapp.
  • 69'. Sur un centre de Yuri Berchiche décalé côté gauche par Angel Di Maria, la reprise du gauche d'Edinson Cavani est contrée par son pied droit ! Tout heureux d'hériter du "cuir", Vincent Bessat repousse la menace.
  • 81'. D'une talonnade, Angel Di Maria sert en pleine course Edinson Cavani dont le centre à ras de terre est coupé au premier poteau par Kylian Mbappé malgré la présence de Brice Samba et Vincent Bessat. Un deuxième but parisien validé au bout de presque trois minutes après l'intervention une nouvelle fois de l'assistance vidéo à l'arbitrage. SM Caen 1-2 Paris SG
  • 95'. Rentré sur le pré depuis une poignée de secondes en lieu et place d'Angel Di Maria alors que les "Bleu et Rouge" sont en infériorité numérique après l'expulsion d'Ismaël Diomandé (90'), Christopher Nkunku - après un une-deux avec dani Alves - assure le succès parisien en inscrivant un troisième but dans les arrêts de jeu. SM Caen - Paris SG 1-3

La réaction

"Dans le scénario qu'on avait un peu imaginé, on n'était pas loin"

  • Patrice Garande, entraîneur du SM Caen : "C'est la déception qui prédomine. Pourquoi devrait-on ressentir de la fierté ? Car on n'en a pas pris six. Dans le scénario qu'on avait un peu imaginé, on n'était pas loin. Au niveau de l'investissement des joueurs, il n'y a rien à leur reprocher. Ils ont tout donné. Paradoxalement, même si on se trouve à 1-1 à la pause, notre première mi-temps fut moins bonne que la seconde. On a été capables de poser des problèmes à ce PSG. Sur le deuxième vidéo arbitrage, j'ai dit au staff parisien que si ce but était aussi refusé comme le précédent, on allait gagner. Ce n'est pas arrivé. Maintenant, il faut vite digérer, passer à autre chose et se remobiliser pour assurer notre maintien".

SM CAEN - PARIS SG 1-3

Stade Michel-d'Ornano.

Mi-temps : 1-1.

Arbitrage de M. François Letexier.

Buts : Diomandé (44') pour Caen ; Mbappé (25', 81'), Nkunku (95') pour Paris.

Avertissements : Djiku (76') à Caen ; Berchiche (14') à Paris.

Expulsion : Diomandé (90') à Caen.

  • SM Caen : Brice Samba (g) - Romain Genevois, Damien Da Silva (cap), Alexander Djiku, Vincent Bessat - Ismaël Diomandé, Stef Peeters, Jessy Deminguet (Durel Avounou, 75') - Christian Kouakou (Julien Féret, 58'), Ivan Santini (Enzo Crivelli, 46'), Ronny Rodelin. Remplaçants : Rémy Vercoutre (g) - Baïssama Sankoh, Jan Repas, Timo Stavitski. Entraîneur : Patrice Garande.
  • Paris SG : Kevin Trapp (g) - Thomas Meunier, Thiago Silva (cap), Marquinhos, Yuri Berchiche - Giovani Lo Celso, Adrien Rabiot, Julian Draxler (Javier Pastore, 72') - Kylian Mbappé (Dani Alves, 88'), Edinson Cavani, Angel Di Maria (Christopher Nkunku, 93'). Remplaçants : Alphonse Areola (g) - Presnel Kimpembe, Thiago Motta, Thimothy Weah. Entraîneur : Unai Emery.
Afficher le sous titre: 
Partager cet article sur :

À lire également

14 aoû 2018

Stef Peeters aurait pu réduire le score à la 52ème minute sur un coup-franc à l'entrée de la surface qui a terminé sa course sur le poteau de Gianluigi Buffon
Groupe pro
Retrouvez le résumé vidéo du premier match de la saison 2018/2019 disputé dimanche soir sur la pelouse du Paris-Saint-Germain. Les buts des Champions...
En savoir
Groupe pro
Après une longue préparation faite d’intenses efforts et de sudation, il était temps pour le Stade Malherbe Caen de se jeter enfin dans le grand bain...
En savoir

13 aoû 2018

Comme la semaine dernière, le Stade Malherbe va effectuer une séance à huis-clos vendredi sur la pelouse de d'Ornano
Groupe pro
Après avoir subi le réalisme du Paris-Saint-Germain pour débuter sa saison 2018/2019, le Stade Malherbe s'apprête à préparer son premier match de la...
En savoir