Bandeau de mise en avant

"Ce mercato 2018 était un vrai tournant"

10, il s'agit du nombre de joueurs recrutés par le Stade Malherbe Caen lors de ce mercato 2018. Avec les fins de contrats et les joueurs qui ont quitté le club cet été, la cellule de recrutement caennaise était sur le qui-vive depuis l'arrivée de Fabien Mercadal. Découvrez l'entretien avec Alain Cavéglia, le directeur sportif du SM Caen revient sur les différents dossiers qui ont animé le mercato "rouge et bleu".

Les vacances ont été courtes pour Alain Cavéglia, le directeur sportif du Stade Malherbe a travaillé avec Fabien Mercadal sur les joueurs qui composeront l'effectif caennais pour cette saison 2018/2019
Les vacances ont été courtes pour Alain Cavéglia, le directeur sportif du Stade Malherbe a travaillé avec Fabien Mercadal sur les joueurs qui composeront l'effectif caennais pour cette saison 2018/2019
  • Alain Caveglia, vous êtes au club depuis 2011. Pouvez-vous rappeler en quoi consiste votre fonction de directeur sportif du Stade Malherbe?

"Je m’occupe principalement du recrutement, toujours en accord avec l’entraîneur, mais validé par Arnaud Tanguy, directeur général, et Gilles Sergent, président du club. Je chapeaute la cellule de recrutement, dans laquelle nous avons deux personnes qui travaillent beaucoup et très bien, qui sont Bernard Maraval et Loïc Pérard. Ils se déplacent beaucoup les week-ends pour suivre des joueurs. Dès que je le peux, je les accompagne. Je garde toujours un œil aussi sur la politique sportive du club et sur le centre de formation, dirigé par Stéphane Nado, car je pense que c’est mon rôle, le week-end, d’aller voir les U17, les U19, et la CFA."

Cet été, le Stade Malherbe a connu beaucoup de changements. Comment avez-vous abordé ce mercato estival qui s’annonçait compliqué ?

  • "La saison dernière, le club avait déjà ciblé quelques joueurs en accord avec l’entraineur Patrice Garande. Mais la perspective de voir arriver une nouvelle direction et un nouveau coach à l’intersaison a forcément retardé certaines choses par rapport aux discussions qu’on avait déjà entamées avec des joueurs. Dès que Fabien Mercadal est arrivé mi-juin, la priorité était de constituer son staff pour connaître les projets de jeu et les besoins de recrutement. Ensuite, nous avons travaillé sur les joueurs, en reprenant certains des contacts que j’avais déjà établis de mon côté."
"La priorité était de pouvoir constituer un staff de qualité"

Concrètement, comment se déroule un mercato ? Est-ce que c’est au directeur sportif de proposer des joueurs à l’entraineur, ou l’inverse ?

"C’est un mélange de tout. On sait les besoins qu’on peut avoir besoin dans un effectif. On en parle tous les deux, on lui donne des noms de joueurs et après c’est lui qui valide. Quand on parle vraiment du terrain, le dernier mot revient toujours à l’entraineur. Pour moi c’est important. Ce sont des échanges permanents, la plupart du temps on est toujours d’accord, et si on n’est pas d’accord, alors on ne prend pas le joueur. Pour l’instant ça se passe bien, même très bien. Fabien Mercadal avait aussi ses volontés de voir venir certains joueurs. Certaines se sont concrétisées. En discutant, on essaie toujours de cibler des joueurs qui rentrent dans notre budget et dans notre masse salariale. Le recrutement c’est un travail en amont. On se penche déjà sur le mercato hivernal et même estival de l’année prochaine, parce que on sait déjà très bien où on va avoir des manques, et quels joueurs seront en fin de contrat. "

  • Comment expliquer les arrivées tardives lors de ce mercato ?
  • "Le mercato ce n’est pas une science exacte. Il faut savoir aussi que chaque été, les clubs sont tributaires des choix des joueurs, qui prennent leur temps pour prendre une décision. Beaucoup attendent les matchs de préparation ou les matchs de championnat pour voir s’ils auront une chance de jouer dans leur club. Par la suite, certains se rendent compte qu’il est préférable pour eux de partir pour obtenir plus de temps de jeu. C’était le cas de Paul Baysse et de Saïf-Eddine Khaoui, par exemple. C’est à nous, avec la cellule de recrutement, de rester à l’affût dès qu’un joueur fait part de son envie de quitter un club. Pour d’autres, il y a eu l’effet coupe du Monde qui a joué. Notre job c’est de contacter les joueurs, de leur parler régulièrement. Le coach aussi, Fabien Mercadal, a pris son téléphone et a beaucoup travaillé pendant cette période-là. Nos efforts ont fini par payer et tout s’est décanté dans les quinze derniers jours. "
  • Pouvez-vous nous parler du transfert de Claudio Beauvue, qui a semblé plus rapide à conclure ?
  • "C’est un très bon attaquant que le club suivait déjà, avec un profil que Fabien recherchait aussi. J’ai gardé des contacts à Lyon et je le connaissais un peu. Son agent est rentré en contact avec nous et à partir de là tout s’est fait très vite car la fin du mercato approchait et il ne fallait pas se faire coiffer au poteau par un autre club. C’est important de travailler en amont pour avoir les bons contacts et les bonnes infos au bon moment, et si possible avant les autres. C’est comme ça qu’on a réussi, par le passé, à recruter des joueurs comme Damien Da Silva, N’Golo Kanté, ou encore Rémy Vercoutre."

Comment se passe la relation avec l’entraineur, Fabien Mercadal ?

"Je le connaissais très peu avant qu’il arrive au Stade Malherbe. Je l’avais vu comme tout le monde quand il était au Paris FC l’année dernière, et un peu à Tours aussi. Je connaissais ses qualités techniques. Aujourd’hui, je le connais un peu plus personnellement et ça se passe très bien. Dans un club de notre statut, les qualités humaines sont primordiales, et je pense que le Stade Malherbe a fait un très bon choix en le choisissant."

"on se devait de recruter des joueurs avec du vécu en Ligue 1"

Quel bilan tirer de ce mercato ?

  • "On était à un tournant, on l’aurait peut-être vécu avec Patrice aussi, car beaucoup de joueurs arrivaient en fin de contrat, d’autres avaient des possibilités de jouer l’Europe, comme Damien Da Silva par exemple. Par rapport aux départs de beaucoup de nos joueurs majeurs, la priorité du club était de ne pas se tromper dans le choix de nouveaux cadres qui allaient arriver de l’extérieur. On souhaitait faire venir des joueurs expérimentés comme Prince Oniangué et Fayçal Fajr. En revanche, on savait qu’à l’intérieur de l’effectif on avait déjà des joueurs de qualité capables de s’affirmer encore plus cette année. C’est le cas de Fred Guilbert, et d’Alexandre Djiku, pour ne citer qu’eux. Avec l’arrivée de gars comme Paul Baysse, qui est pour moi le remplaçant idéal à Damien Da Silva, on sait que des joueurs comme Alex (Djiku) vont progresser et franchir un palier. Il faudra encore du temps pour que la mayonnaise prenne mais on partait de loin et je suis plutôt satisfait du travail que tout le club a fourni durant ce mercato."
  • Après quatre matchs de championnat, comment analyser les premiers résultats de l’équipe ?

"La victoire à Dijon, c’est la synthèse des 3 premiers matchs. Au Parc des Princes, on ne peut pas dire qu’on a été totalement mauvais. Contre Nice on a fait un match intéressant, même si on a reculé après l’heure de jeu, à Nantes aussi. Mais sur le terrain, on voit des choses intéressantes, surtout quand tu vois que certaines joueurs sprintent encore pour se replacer alors qu’on est à la 85ème minute. A Dijon, on n’a pas été très bon, mais l’équipe s’est battu pour garder le résultat. Il n’y a pas de secrets, quand les joueurs font les efforts pour les autres, ça paie. Ce sont ces signes qui nous font dire qu’on a bien travaillé cet été.  Les joueurs s’entendent bien, on sent qu’il se passe quelque chose, on le ressent dans le groupe, et dans le club aussi. C’est important de prendre du plaisir et d’en donner. Après, jouer c’est bien, mais si c’est pour perdre 5-4 à chaque match ce n’est pas l’idéal. Il faut prendre des points. L’année dernière, je pense qu’on a fait six bons mois où on a pris beaucoup de plaisir, et puis six autres mois où ça a été un peu plus difficile. Donc là, quoi qu’il arrive il ne faudra pas lâcher, comme partout dans la vie en général. "

Concernant les règles du mercato, certains proposent qu’il s’arrête avant la première journée de championnat. Plutôt pour ou contre ?

"Il y a des choses pour et des choses contre. L’avantage qu’il y aurait, c’est qu’à la première journée on a la certitude que l’effectif ne va plus bouger. L’inconvénient, c’est qu’il faut parfois attendre plusieurs journées pour que des joueurs comprennent qu’ils ne vont pas avoir beaucoup de temps de jeu dans leur club. Sur le dernier mercato, je dirais que c’était bon pour nous qu’il dure jusqu’au 31 août. Donc il y a du pour et du contre. En revanche, ce qui serait bien, c’est que la période des transferts soit la même pour tous les championnats européens."

Afficher le sous titre: 
Partager cet article sur :

À lire également

18 oct 2018

Yacine Bammou a fait part de son plaisir d'évoluer au Stade Malherbe Caen depuis le début de saison face aux journalistes ce midi
Groupe pro | Ligue 1 Conforama : SM Caen - EA Guingamp
Comme avant chaque match depuis le début de la saison, Fabien Mercadal s'est présenté devant la presse deux jours en amont de la rencontre pour...
En savoir
Lors de la série sans défaite à d'Ornano en 2014, le Stade Malherbe Caen s'était imposé en fin de rencontre face à l'AJ Auxerre
Groupe pro
5 matchs et près de 5 mois et demi sans défaite à d'Ornano pour le Stade Malherbe Caen. Depuis la réception de l'AS Monaco le 6 mai 2018 et un revers...
En savoir
Hakim Ben El Hadj avait arbitré la rencontre face au FC Nantes et exlu Paul Baysse après un second carton jaune
Groupe pro | Ligue 1 Conforama : SM Caen - EA Guingamp
Hakim Ben El Hadj sera au sifflet samedi pour la réception de l'En Avant Guingamp au Stade Michel d'Ornano. Il s'agit de la deuxième fois cette...
En savoir