Un chasse au Lyon convaincante

Après de bonnes prestations en ce début de saison, le Stade Malherbe s’attaquait samedi à une proie de taille : l’Olympique Lyonnais. Conscients du danger que représente la chasse au félin, les Malherbistes n’en avaient pas moins l’ambition d’enchaîner une deuxième victoire d’affilée, la première devant son public.  

Une meute bien organisée

Le léopard normand a sorti les griffes 

Bien que la domination du Lyon dans le championnat se soit largement estompée depuis que le Paris SG règne sans partage, la crainte de se faire dévorer est toujours présente. Pour autant, Fabien Mercadal n’a pas pour habitude de vouloir laisser le jeu aux adversaires, et la perspective de subir les actes de prédation lyonnais pendant tout le match n’était pas envisageable, ni pour le coach, ni pour le public. La chasse requiert certes de la patience, mais elle nécessite aussi une détermination et une organisation sans faille pour éviter de voir son gibier filer entre les mailles du filet.Peu impressionnés par la crinière du Lyon, ce sont bien les léopards normands qui, dès l’entame, se montrent les plus incisifs, à l’image de Casimir Ninga qui sortira les griffes plusieurs fois au cours de la rencontre, sans pour autant parvenir à blesser l’adversaire. Mais le risque de la chasse, c’est de multiplier les attaques sans parvenir à prendre l’ascendant sur sa proie. Elle peut alors se rebeller et porter elle aussi quelques coups pour se défendre. Nabil Fékir, dont on connaît les qualités de prédateur, ne s’est pas fait prier pour obtenir un bon coup-franc juste avant la pause et asséner un coup de patte fatal à Brice Samba.

Un mental à rude épreuve

Au retour des vestiaires, on aurait pu croire que les Caennais allaient revenir groggys, encore assommés par le coup porté par le capitaine lyonnais. Mais à l’image du début de saison, force est de constater que les Bleu et rouge ont des ressources pour se sortir de situations compliquées. Face à un adversaire qui, au fil de la rencontre, parait de plus en plus à la portée des Caennais, les joueurs de Fabien Mercadal continuent de montrer les crocs. La première récompense intervient à la 52e minute lorsque Claudio Beauvue obtient un pénalty, suite à une ouverture magistrale de Paul Baysse, qui était jusqu’alors aussi discret qu’efficace, faisant oublier la présence de Dembélé à la pointe de l’attaque lyonnaise. Mais pour parfaire cette partie de chasse, encore faut-il rester à l’affût du danger et faire preuve de maîtrise pour espérer tenir le résultat et ne pas rentrer à la maison bredouille. Victimes de leur agressivité, les Caennais vont écoper d’un carton rouge, et personne ne blâmera l’auteur de la faute tant sa prestation était de qualité jusqu’à ce mauvais geste plus naïf que méchant. Mais il en fallait plus pour déstabiliser des Normands qui acquièrent un peu plus d’expérience à chaque match. Réduits à dix suite à cette expulsion d’Alex Djiku à la 55e minute, les Vikings ont la chance de pouvoir compter sur les près de 18 000 spectateurs de d’Ornano pour palier leur infériorité numérique. Affamés de victoire et poussés par tout le stade, les Caennais obtiennent les situations les plus dangereuses. En réponse au coup de griffe de Nabil Fékir en première période, Fayçal Fajr se charge de déposer un caviar sur la tête de Prince Oniangué (73e) qui fusille Anthony Lopes, reprenant l’avantage et réduisant les rugissements lyonnais à de simples ronronnements. C’est du moins ce que l’on croyait jusqu’à la 86e minute et l’égalisation lyonnaise : il en fallait plus pour obtenir le scalp du roi de la jungle qui a l’habitude de chasser jusqu’à épuisement.

Les Caennais n’auront pas démérité et auront encore une fois montré une rigueur et une solidité défensive sur laquelle nombre d’équipes vont se casser les crocs, de l’aveu même des adversaires du week-end. Cette chasse au Lyon était une partie plaisante, il faudra encore patienter pour voir la première victoire à d’Ornano, mais au vu des prestations collectives et individuelles, nul doute qu’elle interviendra le 26 septembre face à Montpellier. 

Afficher le sous titre: 
Partager cet article sur :

À lire également

12 déc 2018

La rencontre entre le Stade Malherbe et le Toulouse FC est le troisième match de cette 18ème journée reporté à une date ultérieure
Groupe pro | Ligue 1 Conforama : SM Caen - Toulouse FC
À la demande de la Préfecture du Calvados, la rencontre SM Caen / Toulouse FC, comptant pour la 18ème journée de Ligue 1 Conforama et initialement...
En savoir

11 déc 2018

Prince Oniangué et Ismaël Diomandé ont eux aussi fait preuve de caractère au milieu de terrain pour arracher le point du match nul
Groupe pro | Ligue 1 Conforama : RC Strasbourg 2 - 2 SM Caen
Cruellement en manque de points depuis plusieurs matchs, les "rouge et bleu" n’avaient d’autres choix que de ramener un résultat de la Meinau. Par...
En savoir
Groupe pro
Fin de la semaine à trois matchs pour le Stade Malherbe avec le match nul obtenu sur la pelouse du RC Strasbourg. Les caennais vont reprendre l'...
En savoir