Bandeau de mise en avant

Caen, la marche en avant

Il fut une époque où l’En Avant Guingamp était une bête noire pour le Stade Malherbe. Une période qui dure une quinzaine d’années, qui suit la structuration moderne du football (1970) et, paradoxalement, au cours de laquelle le club normand gagne en robustesse et en légitimité au niveau national. Au terme de cette longue période, passée entre divisions 2 et 3, les Bleu et rouge seront toutefois la première des deux équipes à accéder au plus haut échelon national. Dans ce contexte, quelques matchs font figure de tournant. Focus sur l’un d’entre eux, le 1erseptembre 1984. 

Leader après 3 journées de championnat, l'EA Guingamp concède la match nul sur la pelouse de Venoix et les caennais ont obtenu un maintien assez tranquille en deuxième division
Leader après 3 journées de championnat, l'EA Guingamp concède la match nul sur la pelouse de Venoix et les caennais ont obtenu un maintien assez tranquille en deuxième division

Lorsque les hommes de Raymond Kéruzoré débarquent à Caen, leur statut a définitivement changé. Quart de finaliste de la Coupe de France en 1983, l’En Avant Guingamp a opté pour le statut professionnel durant l’été 1984, affichant alors des ambitions claires qui feront de lui un des « gros clients » de la deuxième division, notamment grâce à des attaquants particulièrement prolifiques (Luizinho Da Silva, Andrzej Szarmach, Michel Rio, Hervé Guégan...). De son côté, le Stade Malherbe se veut, si ce n’est moins ambitieux, beaucoup plus mesuré, d’autant qu’il est incapable de battre son adversaire du jour depuis le début des années 70. Les trois victoires obtenues par les visiteurs lors des trois premières journées de championnat confirment que l’EAG est un candidat très sérieux à la montée.

Un Stade Malherbe au niveau 

Les Malherbistes ne se démontent toutefois pas. Au contraire même, ils misent sur un défi physique qui créé quelques poussées de colère chez le coach breton, surtout que la chance ne veut pas leur sourire, Reiter touchant les montants de Douville suite à un centre de Thiboult (27e). À force d’abnégation, les Caennais prennent confiance et se rapprochent dangereusement du but adverse : Théault allume la première mèche, avant que Lebourgeois ne voit son but refusé pour une faute de Pichard au début de l’action (40e). Les locaux trouvent finalement la faille sur un coup-franc au raz-de-terre de Théault (57e). Les 5 000 spectateurs de Venoix exultent, craquent les premiers fumigènes : la température est définitivement montée de quelques degrés. Et si la fin de match refroidit les ardeurs des Caennais, elle attise aussi leur colère. Se sachant hors-jeu, Lubin stoppe sa course… mais constate que l’homme en noir reste de marbre et s’en va inscrire le but de l’égalisation (77e). Les Malherbistes s’amassent autour de l’arbitre, contestent à en perdre la voix. Dans la confusion, Pichard est même sanctionné… d’un carton vert, avant que la couleur ne change et signale un avertissement. Le match nul final, pas si illogique contre tenu de la physionomie du match, est amer pour les Normands. Mais ils ont dorénavant la sensation de pouvoir se mettre au niveau des favoris du championnat.

Le début d’une aventure

Lorsque Malherbe prend la mesure de ces potentialités, il est un jeune promu dans un championnat de Division 2 qui s’annonce particulièrement dense. Au terme d’un exercice solide, les Caennais obtiendront un maintien tranquille. L’année suivante confirmera cette dynamique. Mais l’adversaire du soir continuera de jouer les premiers rôles, et les Caennais buteront sur lui, une saison de plus. Il faudra attendre la saison 1986-1987 pour que la tendance s’inverse définitivement. Quelques mois plus tard, les Malherbistes disputeront leurs premiers matchs de barrage d’accession à la première division. Si la victoire n’est pas au rendez-vous, le Stade Malherbe n’aura à attendre que quelques mois pour valider son ticket pour l’élite. Pour l’EA Guingamp, la chance ne sourira qu’en 1995… 

Afficher le sous titre: 
Partager cet article sur :

À lire également

12 nov 2018

Brice Samba s'est montré décisif en fin de rencontre en stoppant la frappe dans les 6 mètres de François Kamano
Groupe pro | Ligue 1 Conforama : Girondins de Bordeaux 0 - 0 SM Caen
J13. Girondins de Bordeaux / SM Caen: l'album-photo...
En savoir
Fabien Mercadal félicite Saïf-Eddine Khaoui remplacé en cours de rencontre par Malik Tchokounté
Groupe pro | Ligue 1 Conforama : Girondins de Bordeaux 0 - 0 SM Caen
Conférence de presse Fabien Mercadal après Bordeaux / SMCaen   Enzo Crivelli "On a laissé beaucoup de force dans le...
En savoir
Le bordelais Jules Koundé attentifs devant Baisama Sankoh et Claudio Beauvue sur un corner pour le Stade Malherbe
Groupe pro | Ligue 1 Conforama : Girondins de Bordeaux 0 - 0 SM Caen
Le résumé du match Bordeaux / SMCaen
En savoir