En manque de lucidité

Après avoir rencontré successivement Lyon puis Paris au cours des dix derniers jours, le Stade Malherbe affrontait ce dimanche un nouvel adversaire de calibre européen : le Stade Rennais. Face à une équipe en grande forme, par ailleurs victorieuse d’Arsenal trois jours avant, les Caennais n’avaient d’autre ambition que de ramener les trois points. « Présomptueux » disaient certains, les "rouge et bleu" ont pourtant donné du fil à retordre aux Bretons jusqu’à ce qu’un énième accroc vienne endiguer leur bonne tenue. Les joueurs de Fabien Mercadal s'inclinent finalement 3-1. 

Le Stade Malherbe Caen a réussi à poser des problèmes aux joueurs du Stade Rennais jusqu'au carton rouge de Yoël Armougom
Le Stade Malherbe Caen a réussi à poser des problèmes aux joueurs du Stade Rennais jusqu'au carton rouge de Yoël Armougom

Pas de reproches

Au sortir de la défaite ce dimanche soir, Fabien Mercadal disait ne pas avoir de reproches à faire à ses joueurs quant à leur prestation. En effet, il est peu dire que les Bleu et rouge ont mis tous les ingrédients nécessaires pour faire de ce match une opposition équilibrée, faisant ainsi douter les locaux pendant plus de 30 minutes. À la faveur d’une rigueur défensive non pas parfaite mais exemplaire, les Caennais sont bien rentrés dans leur match. À l’image du placement de Malik Tchokounté lors des phases défensives, le bloc caennais, bien qu’il ait joué relativement bas, ne s’est pas montré passif, loin de là, et est allé chercher les ballons là où ils se trouvaient. Au milieu, Ismaël Diomandé s’est montré précieux pour harceler le porteur de balle et contrecarrer les projets offensifs bretons. Son travail a permis à l’équipe de récupérer un nombre important de ballons. Mais jusqu’à présent, en championnat, les joueurs de Fabien Mercadal éprouvaient régulièrement des difficultés à exploiter ces bonnes récupérations. Ils ont cette fois donné l’impression d’être plus à l’aise pour se projeter vers l’avant, montrant un visage qui contraste nettement avec le début d’année 2019. Un homme a pu profiter de ces espaces, en la personne de Casimir Ninga. L’international tchadien a de nouveau été en vue lors de la rencontre et s’est une nouvelle fois illustré en inscrivant un but (20e), son cinquième de la saison. Menant au score (0-1), les Malherbistes auraient pu célébrer leur but. Mais le récent épisode contre Paris, comme tant d’autres, aura appris aux Malherbistes de rester concentrés jusqu’aux ultimes instants du match : en vain.

En quête de sérénité

troisième carton rouge en l'espace de quinze jours

Le but de Casimir Ninga à la 20e minute illustre parfaitement le retour de la confiance au sein de l’effectif caennais. De la technique, de l’assurance, du lâcher prise : tout ce dont le Stade Malherbe avait manqué jusqu’ici se retrouve dans l’ouverture du score de l’attaquant caennais. Pour autant, « confiance » ne veut pas dire « sérénité », et sur ce point, les joueurs de Fabien Mercadal ont encore une grande marge de progression pour maîtriser davantage les scénarios de matchs. Avant le coup d’envoi, le Stade Malherbe affichait une statistique qui accentue déjà le sentiment de frustration : les Bleu et rouge avaient perdu 18 points cette saison en championnat après avoir mené au score. Un chiffre qui doit désormais être porté à 21. La faute à un manque de lucidité collective, certainement. À la décharge du jeune Réunionnais Armougom, ce n’est pas la première fois que le côté gauche du Stade Malherbe se retrouve en grande difficulté, et ce peu importe le joueur aligné. On peut aussi regretter la sévérité du corps arbitral qui a jugé que la faute du latéral caennais méritait un deuxième avertissement, alors que son geste n’était ni dangereux, ni méchant, et n’a pas non plus gâché une occasion nette de but. Toujours est-il que le Stade Malherbe, en écopant de son sixième carton rouge de la saison, s’est une nouvelle fois tiré une balle dans le pied dans un match qui, selon toute vraisemblance, était à leur portée. Réduits à 10 pendant près d’une heure, la messe semblait dite tant la technicité et la confiance des Bretons étaient supérieures à celles des Caennais. Dans ces conditions d’infériorité numérique, difficile pour les visiteurs de tenir physiquement, et c’est en l’espace de cinq minutes que les Bretons ont scellé la rencontre en inscrivant deux buts coup sur coup (58e et 62e). Le Stade Malherbe repart donc du Roazhon Park avec une double frustration : celle d’avoir laissé filé trois points dans un match bien abordé, et celle de ne pas pouvoir analyser ce match correctement. Dix-neuvièmes au classement, les joueurs de Fabien Mercadal voient Monaco, Amiens et Toulouse s’échapper. La bataille du maintien se jouera, semble-t-il, à trois équipes. Le week-end prochain, Caen recevra Saint-Etienne, tandis que Guingamp et Dijon s’affronteront. 

Afficher le sous titre: 
Partager cet article sur :

À lire également

22 mar 2019

La Tunisie et Saïf-Eddine Khaoui sont d'ores et déjà qualifiés pour la Coupe d'Afrique des Nations 2019
Groupe pro
Des matchs à enjeu, d'autres un peu moins pendant cette trêve internationale pour les joueurs du Stade Malherbe Caen. Ismaël Diomandé, Saïf-Eddine...
En savoir

20 mar 2019

Groupe pro
Le Stade Malherbe souhaite un joyeux anniversaire à Baisama Sankoh. Le milieu de terrain qui effectue sa deuxième saison avec les "bleu et rouge"...
En savoir

19 mar 2019

Groupe pro
Le Stade Malherbe souhaite un joyeux anniversaire à Jan Repas. Le milieu de terrain Slovène "bleu et rouge" fête aujourd'hui ses 22 ans! 
En savoir