La flamme olympique

Après être ressortis grandis de leur semaine aventureuse à domicile, après avoir investi la première moitié du classement, les joueurs du Stade Malherbe voient se dresser devant eux un colosse qui, s’il peut parfois avoir les pieds d’argile, n’en reste pas moins un des plus fiers représentants du football français, charriant avec lui ses mythes, ses trophées, mais aussi des émotions aussi vives qu’irraisonnées. Reconnaissons à l’OM d’entretenir, pour une grande part des amoureux du ballon rond de France et de Navarre, une passion teintée de nostalgie des succès d’antan, mais aussi d’un élan toujours puissant. Que le SMC ne se sente toutefois pas si « petit » face à tant de sentiments inconsidérés. Lui aussi génère de l’amour et cultive avec son public, sa région et, un peu, avec le reste de la France, une relation toute singulière. 

L'accolade plein de joie entre Yoël Armougom et Alexander Djiku après la victoire face aux joueurs de l'Amiens SC
L'accolade plein de joie entre Yoël Armougom et Alexander Djiku après la victoire face aux joueurs de l'Amiens SC

Fragments du discours amoureux

Dire qu’on aime le Stade Malherbe relève de l’euphémisme. Ou plutôt crier « Malherbe » à hue et à dia dans les travées de d’Ornano, dans les autres enceintes du championnat ou devant son écran est un chant d’amour en soi. Pas besoin de précisions : ces deux syllabes, le lot d’émotions qu’elles véhiculent, forment un écho suffisant pour exprimer la teneur de nos sentiments. Depuis des années, depuis des décennies pour certains, le Stade Malherbe constitue notre plus vieille relation : marquée par un emportement inexplicable, elle amène avec elle les délices autant que les déceptions du quotidien. On voudrait du SMC qu’il nous offre le meilleur, tout le temps, dans n’importe quelle condition, et cette simple position, pas toujours suivie d’effets, suffit à entretenir la flamme. Le plan de jeu proposé par Fabien Mercadal depuis début août, le scénario des matchs et le visage d’une équipe sont peut-être aujourd’hui les meilleures attentions pour nous redonner la certitude de la persistance de cette fièvre passionnelle. Quand en plus les joueurs savent faire le nécessaire, prendre enfin trois points et rendre un peu plus doux l’enchaînement des jours, on se dit que ce couple a tous les arguments pour durer.

Coubertin vs. Nietzsche

Est-ce que l'important, c'est de participer?

Chacun ses amours, toutefois, et dans le cadre du sport la passion des uns apparaît comme une contrainte pour les autres. Non pas que l’on souhaite éteindre cette flamme qui brûle dans la cité phocéenne et qui ressemble un peu à la nôtre : il suffit juste que la chaleur qui s’en dégage soit, le temps d’un dimanche à la douceur estivale, un peu moins vive. Mettre les pieds à Marseille, c’est en effet se rappeler que le sport est avant tout une opposition, une joute qui doit nous amener vers la victoire. De l’olympisme, on garde (trop) souvent ces mots accordés à Pierre de Coubertin : « L’important, c’est de participer ». Derrière la récupération pédagogique et l’humanisme de bon aloi qui se dégage de cette phrase, le fondateur des JO modernes exprimait surtout toute l’importance « romantique » de mener un combat. Mais en football, ce combat, encore faut-il le gagner. Et dans cette optique, encore faut-il tout faire pour se dépasser. Cette volonté de puissance, chère à Nietzsche, place le joueur dans un élan sensible, subjectif et charnel qui doit le mener vers les plus hautes sphères de ses compétences. Faire de la bataille un jeu de forces qui structure, chaque semaine un peu plus. Il ne sera pas tant prépondérant que le Stade Malherbe incarne ce surhomme qu’avait imaginé le philosophe allemand. En sortant, ainsi, un peu du commun des mortels, il en deviendrait peut-être même un peu moins Malherbiste. Mais cet entrain assure une dynamique, une remise à l’ouvrage hebdomadaire de son être : elle assure un changement permanent, fait perdurer le sentiment amoureux en dehors de la routine et maintient l’équipe dans un espace autre que celui que compose notre quotidien. Là où résident les idoles. 

 

Afficher le sous titre: 
Partager cet article sur :

À lire également

12 déc 2018

Ne pouvant pas se dérouler samedi après décision de la préfecture, la rencontre face au Toulouse FC se jouera mardi à 19h30
Groupe pro | Ligue 1 Conforama : SM Caen - Toulouse FC
Initiallement prévue samedi soir au Stade Michel d'Ornano, la rencontre opposant le Stade Malherbe Caen au Toulouse FC sa déroulera mardi 18 décembre...
En savoir
La rencontre entre le Stade Malherbe et le Toulouse FC est le troisième match de cette 18ème journée reporté à une date ultérieure
Groupe pro | Ligue 1 Conforama : SM Caen - Toulouse FC
À la demande de la Préfecture du Calvados, la rencontre SM Caen / Toulouse FC, comptant pour la 18ème journée de Ligue 1 Conforama et initialement...
En savoir

11 déc 2018

Prince Oniangué et Ismaël Diomandé ont eux aussi fait preuve de caractère au milieu de terrain pour arracher le point du match nul
Groupe pro | Ligue 1 Conforama : RC Strasbourg 2 - 2 SM Caen
Cruellement en manque de points depuis plusieurs matchs, les "rouge et bleu" n’avaient d’autres choix que de ramener un résultat de la Meinau. Par...
En savoir