Le sprint est lancé

À la faveur d’une fin de saison que personne n’osait espérer il y a encore quelques semaines, le Stade Malherbe se donne le droit de rêver au maintien. Samedi soir (21h), toutefois, le SMC verra se dresser face à lui un des cadors du championnat, qui joue encore sa qualification pour la Ligue des Champions. Une nouvelle épreuve dans le parcours semé d’embuches des Normands, qui le rend finalement d’autant plus captivant. Au risque de fatiguer un peu notre palpitant. 

Lors du match aller face aux Lyonnais, le Stade Malherbe Caen aurait pu (dû) l'emporter mais s'est contenté du match nul
Lors du match aller face aux Lyonnais, le Stade Malherbe Caen aurait pu (dû) l'emporter mais s'est contenté du match nul

Tripes et boyau 

On répète souvent qu’en football la réalité de l’automne ou celle de l’hiver ne font pas nécessairement celle du printemps et qu’on découvre souvent des groupes au moment où le sprint final doit être lancé. Là est une vérité que le ballon rond partage avec d’autres sports, à commencer par le cyclisme, où les accélérations finales, même pour les cuisses les plus grosses, ne sont pas toujours synonymes de victoires. Il faut lancer l’effort au moment opportun, prendre l’aspiration, faire un écart suffisant et appuyer sur la pédale, en regardant la ligne d’arrivée comme un mort-de-faim, avec toujours dans un coin de la tête que la décision pourra se faire à l’épaisseur d’un boyau. Mais les Normands ont montré leur capacité ces dernières semaines à sortir leurs tripes : de quoi faire sauter les bouchons lyonnais. 

Ballon d’eau fraîche 

Le stade malherbe veut poursuivre sa dynamique

Car face aux Bleu et rouge, les Rhodaniens seront quant à eux en quête d’un score favorable pour assurer leur présence dans le gratin européen la saison prochaine. Pour les hommes de Bruno Génésio, une victoire laisserait l’ennemi stéphanois à quatre points et validerait définitivement leur place pour le tour préliminaire de la coupe aux grandes oreilles. Pour les Normands, le plus simple serait de se dire que le match ne compte pas et de se borner à regarder ailleurs : du côté de Paris, où Dijon se déplacera, ou encore du côté de Monaco, qui recevra Amiens, dans un match lui aussi à haute tension. Mais ce serait valider l’idée que le maintien s’obtient à la faveur de la défaillance de la concurrence : tout sauf une attitude de conquérant. Pour le Stade Malherbe, le match de samedi devra permettre de poursuivre une dynamique. L’essentiel, au-delà du score, sera de continuer à jouer avec la fraîcheur perçue lors des dernières rencontres, fraîcheur qui appelle de l’allant et, il faut aussi l’admettre, une pointe de réussite. Si les hommes du duo Courbis-Mercadal maintiennent cette fraîcheur, il y a fort à parier que d’Ornano s’évertuera à réchauffer les esprits la semaine suivante. Dans une saison qui aura quoi qu’il arrive soufflé le chaud et le froid, il n’y aurait rien de plus logique. 

 

Afficher le sous titre: 
Partager cet article sur :

À lire également

26 juin 2019

Les caennais ont retrouvé le chemin de l'entraînement hier après-midi sous la direction du nouveau staff
Groupe pro
Après un mois de repos, les joueurs du Stade Malherbe Caen ont retrouvé les terrains de Venoix hier après-midi. Au programme de cette journée, tests...
En savoir

25 juin 2019

Après une saison passée au Mumbai FC, Arnold Isako retrouve l'Europe, il s'est engagé avec le Stade Malherbe pour deux saisons
Groupe pro
Après l'arrivée d'Anthony Gonçalves hier, le Stade Malherbe Caen tient sa deuxième recrue lors de ce mercato estival avec l'arrivée d'Arnold Isako....
En savoir
Brice Samba et Emmanuel Lepresle lors de la reprise du groupe professionnel la saison dernière
Groupe pro
Après un mois de vacances, les joueurs du Stade Malherbe ont retrouvé les terrains hier après-midi. À l'image de la saison dernière, les trois...
En savoir