2010 et 2014, deux accessions dans l’histoire du club

Le 14 mai 2010 et le 16 mai 2014, le Stade Malherbe bouclait deux saisons de Domino’s Ligue 2 qui allaient le ramener une fois de plus dans l’élite du football français. En quoi ces deux montées, les plus récentes, furent-elles aussi marquantes pour le club ? Retour sur deux exploits singuliers que personne n’a oublié à Caen.

La joie des Caennais après la victoire face au Nîmes Olympique en 2010 au Stade Michel d'Ornano
La joie des Caennais après la victoire face au Nîmes Olympique en 2010 au Stade Michel d'Ornano

2010 au presque-parfait

Si le Stade Malherbe a offert des émotions en pagaille à ses supporters au cours de la dernière décennie (demi-finale de Coupe de France, maintien historique à Paris, 7ème place de Ligue 1 Conforama décrochée au printemps 2016...), c’est peu dire qu’il a commencé très fort son cycle des 10 dernières saisons. Sous l’égide de Franck Dumas, le SMC est ainsi passé comme un éclair par la case Ligue 2 en 2009-2010, une saison après avoir perdu sa place dans l’élite. Lors de cet exercice, l’équilibre trouvé au sein de l’équipe première était idéal entre des Benjamin Nivet, Nicolas Seube et Anthony Deroin restés au club pour guider la jeunesse montante incarnée par Youssef El-Arabi, Sambou Yatabaré et bien évidemment l’inoxydable Thomas Heurtaux.

9 victoires et 3 nuls pour débuter la saison

Le sacre de 2010, c’est avant tout le plus bel élan pris par l’équipe en 30 ans de football, à l’été/automne 2009. Avec neuf victoires et trois nuls seulement lors des douze premiers matchs, le SMC avait déjà fait un grand pas vers l’accession en novembre. Au final, les partenaires de Juan Eduardo Eluchans ne s’inclineront que cinq fois durant la saison et en dépit des 2 points les séparant au final de leur dauphin brestois, ce sont bien les Caennais, sacrés à Nantes au soir du 14 mai 2010 qui auront donné la plus grande impression de puissance. Avec respectivement 11 et 9 buts, Youssef El-Arabi et Steeven Langil ont cette saison-là offert bien des émotions à leurs supporters. Et s’il fallait vanter les mérites de cette formation malherbiste leader d’août à mai, on la louerait alors pour sa grande efficacité et sa résilience à toute épreuve. Inoubliable.

2014 en rois du sprint final

Quatre ans après Nantes, deux saisons en Ligue 1 Conforama et une accession manquée de justesse (4ème en 2012-2013), le Stade Malherbe refait de nouveau sien l’ascenseur vers l’élite. Cette fois-ci, il n’est plus question de cavalier seul pour les hommes de Patrice Garande. S’il est un constat à dresser en début d'exercice, c’est bien le caractère relevé et l’homogénéité qui règne en Domino's Ligue 2. Qu’ils s’appellent Metz, Lens, Nancy, Dijon ou Brest, tous ont l’intention de rallier la première division et le Stade Malherbe ne fait pas office de favori évident aux yeux des suiveurs. Ces derniers vont pourtant s’incliner devant le parcours exponentiel des Normands.

8ème du classement à la trêve

Au début de l’aventure, Patrice Garande est à la tête d’un effectif chambardé par les manœuvres estivales et le salut malherbiste, si salut il y a, passera par l’inévitable efficacité des recrues, pour la plupart méconnues du grand public. D’un début prometteur, Malherbe enchaîne sur des performances en dents de scie pour échouer au 8ème rang à la trêve hivernale. Pour beaucoup, l’affaire est réglée… Seulement, comme il le démontrera un an plus tard en Ligue 1 Conforama, ce groupe caennais est plein de ressources et des joueurs comme Jonathan Kodjia, Dennis Appiah et évidemment N’Golo Kanté dévoilent leur talent à la face du football français. Avec un Fayçal Fajr habile à la baguette et un Mathieu Duhamel au sommet de son art (co-meilleur buteur du championnat avec 24 réalisations), Malherbe rattrape son retard pour finalement se caler définitivement dans la roue de Lens et Metz au soir du 13 mai. Le 16 mai 2014 à Dijon verre ainsi les « Rouge et Bleu » jouer leur dernier match de L2 avant celui disputé par Jessy Deminguet et ses partenaires à Sochaux (0-0) en juillet dernier. Mémorable.

Afficher le sous titre: 
Partager cet article sur :

À lire également

30 mai 2020

Luc Borrelli aura disputé plus de 100 matchs avec le Stade Malherbe Caen avant de rejoindre l'Olympique Lyonnais © Jean Yves Desfoux
Rétrospective
Nouvelle itération de notre série de retours emprunts de nostalgie sur les joueurs qui ont écrit la légende du Stade Malherbe avec l’un des...
En savoir

27 mai 2020

Le Stade Malherbe avait enchaîné un septième match consécutif sans défaite après son succès au Vélodrome
Rétrospective
Le Replay du match Marseille 2-3 SMCaen (J27 2014/2015)
En savoir

25 mai 2020

Cédric Hengbart avait offert un succès précieux au Stade Malherbe Caen sur la pelouse d'Istres lors de la 37e journée
Rétrospective
Il y a 13 ans jour pour jour, le Stade Malherbe s’octroyait la 4ème montée en Ligue 1 de son histoire. C’était sur le terrain du FC Libourne-...
En savoir