"Important de montrer aux joueuses que l'on est là"

Après un peu plus de trois semaines de confinement suite au COVID_19, on prend des nouvelles de notre section féminine. Anaïs Bounouar fait le point sur ce qui est mis en place pour le groupe seniors mais aussi pour les plus jeunes en essayant tout de même de se projeter.

Anaïs Bounouar et les éducateurs de la section féminines continuent d'occuper les joueuses pendant le confinement
Anaïs Bounouar et les éducateurs de la section féminines continuent d'occuper les joueuses pendant le confinement

Pour commencer, est-ce que tu peux nous donner de tes nouvelles ?

"Cette situation me permet d’être auprès de ma famille donc je suis à côté de Rennes avec mes parents, mon frère et ma sœur. On n’a pas eu l’habitude de se voir autant comme c’est le cas donc c’est un point positif malgré la situation. On respecte les mesures mises en place, on pense aux personnes touchées par le virus. Après on essaie d’occuper les journées et ne pas trop s’ennuyer et pour le moment, je ne vois pas les journées passer. Je me réveille souvent aux alentours de 9h puis je continue de travailler, on est en contact permanent avec mes joueuses et mes éducateurs. J’en profite pour faire un peu de sport et partager des moments avec mes proches tout en restant à la maison."

Comment gères-tu cette situation avec ton groupe seniors ?

"important d'entretenir le lien entre les joueuses"

"Chaque semaine, elles ont un programme individuel à respecter, avec le préparateur physique on cherche des idées pour varier ce qu’elles ont à faire. Et au moins deux fois par semaine on essaie de se faire une visio et de faire une séance toutes ensemble. Et quand on peut, on rajoute un troisième rendez-vous le week-end pour se faire un « apéro-visio » pour savoir comment elles vont et discuter de leur semaine. Sur les semaines qui vont venir, on va en profiter pour avoir des entretiens individuels avec les joueuses. On pense déjà à la saison prochaine et savoir ce qu’elles ont envie de faire, il peut y avoir des changements professionnels par exemple et faire aussi un premier bilan de la saison en cours. La section féminine de manière générale va bien, on a la chance que nos joueuses soient épargnées de près ou de loin par le COVID, c’est important, la santé passe avant tout dans ces moments-là."

Plus que le travail physique, il y a un lien à entretenir entre les joueuses ?

"Exactement, certaines joueuses sont seules chez elles puisqu’elles continuent de travailler. Avoir une présence le soir, ça peut faire du bien à certaines. Elles ont l’impression d’être en forme mais on est vraiment là pour maintenir le lien et pas pour faire la police. Elles adorent être ensemble, le fait de ne pas jouer au football est difficile mais je pense que le fait de ne pas se voir l’est tout autant."

Vous avez mis des choses en place pour les autres catégories aussi ?

"Les U18 ont un travail athlétique aussi à faire toutes les semaines et Thomas Pouliquen commence lui aussi les entretiens individuels. On a beaucoup de joueuses qui étaient censées passer le BAC donc elles continuent de travailler à la maison. Sur l’école de football, les petites ont aussi un programme dirigé sur l’aspect technique forcément avec des défis entre elles. Et chez les gardiennes, il y a un travail effectué par Yann Chevalier. C’est important de montrer aux joueuses que l’on est là. Même dans ces périodes-là, on doit continuer de travailler et perdre le moins de temps possible."

Comment vois-tu la suite concernant les compétitions ?

"on se dit que le football passe au second plan dans ces moments-là"

"Je souhaite simplement que l’on vienne à bout de ce virus et que tout rentre dans l’ordre. Il faut que les gens comprennent que c’est à nous de respecter les consignes pour que la situation redevienne normale. C’est compliqué de se projeter après on a « la chance » d’occuper la première place en seniors et en U18. C’est difficile d’avoir un avis sur la situation, le football est vraiment secondaire actuellement, on ne veut pas mettre la vie des gens en danger pour du football. On n’était pas loin de la montée dans ces deux catégories, c’était un objectif clairement affiché depuis le début de saison. Si on doit faire un bilan à l’heure actuelle, c’est une réussite après avoir commencé en R2, il y a quelques mois. Sportivement ça s’est passé comme on le voulait puis on a vu un bel engouement, ça fait plaisir de voir autant de monde dans les tribunes de Venoix quand on joue. Nous sommes juste un club qui n’est pas au-dessus des instances, on attendra les décisions de la Fédération et de la Ligue et à partir de ce moment, on pourra adapter notre fin de saison. On fera ce qui nous est demandé."

Il y a un gros travail à faire pour la saison prochaine ?

"Oui on avait débuté les détections et forcément on a pris un peu de retard. On devait faire une nouvelle journée fin avril mais on ne compte pas dessus, on attend de voir quand les rassemblements vont être autorisés puisque à chaque fois c’est au moins 50 joueuses que l’on voit d’un coup. Ce n’est pas évident à gérer puisque ce sont des joueuses qui ont une scolarité et qui vont devoir changer d’établissement si elles rejoignent le Stade Malherbe Caen. On va avoir de nouvelles joueuses dans toutes les catégories mais on prend notre temps, les gens le comprennent assez bien."

Tu commences ton travail de recrutement aussi pour ton groupe seniors ?

"Oui même si on se base beaucoup sur notre groupe de la saison actuelle. Il y aura forcément quelques recrues, on avait ciblé certaines joueuses. C’est la période qui veut ça mais on commence à établir des contacts. Dans la même logique, je travaille déjà sur la préparation estivale avec les matches amicaux même si on ne sait pas quand va reprendre la saison prochaine. Il faut continuer de travailler pour ne pas être surpris. On doit utiliser le temps que l’on a pour anticiper tout ce qui est possible."

Un message à faire passer pour terminer ?

"Oui bien entendu, on pense forcément aux différents personnels soignants qui effectuent un très gros travail depuis plusieurs semaines. Puis s’il y a un message à faire passer, c’est que tout le monde prenne soin de ses proches en respectant ce qui est mis en place. Notre retour sur les terrains dépend uniquement de nous et du respect des consignes donc on sait ce qu’il nous reste à faire."

Afficher le sous titre: 
Partager cet article sur :

À lire également

30 juin 2020

La jeune gardienne de but (18 ans) va évoluer sous les couleurs du Stade Malherbe Caen la saison prochaine
Féminine
Après la signature de Hilde Van Herwijnen, le secteur défensif des "rouge et bleu" continue de se renforcer avec la signature de Zoé Binet. La...
En savoir

29 juin 2020

Hilde Van Herwinjen possède plusieurs expériences en deuxième division au RC Saint-Denis et à l'AG Caen
Féminine
Quelques semaines après l'officialisation de la montée en Régional 1, les féminines du Stade Malherbe Caen préparent d'ores et déjà la saison...
En savoir

10 juin 2020

Quelques joueuses pourraient encore venir compléter l'effectif d'Anaïs Bounouar pour la saison 2020 / 2021
Féminine
Alors que la montée en Régional 1 devrait être officielle dans les prochains jours, la section féminine du Stade Malherbe Caen termine son...
En savoir